L'histoire du monde par les mythes A TRAVERS MES REVES, DES IMAGES, DES MOTS, DES DOCUMENTS, DES PHOTOGRAPHIES... LES ARTICLES ET LES PAGES SONT MISES A JOUR ET AMELIORES REGULIEREMENT. JE VOUS INVITE A LES RELIRE

Un loup solitaire - Anders Behring Breivik !?

Lougris qui rêve

préambule

Cet entrefilet relevé dans cet article recopié dans le WEB

sur le site werwolf  

 

werwolf.JPG

remarque : site à consulter sans aucune publicité de ma part !

traduit une interrogation de ma part.

Je n'arrive pas à comprendre

 si cette sentence est le reflet

de la nouvelle idéologie d'une nouvelle extrême droite en Europe !

Surprenant ...

- «Nous devons donc veiller à influencer d’autres conservateurs culturels à rejoindre notre position anti-raciste, pro-homosexuel, pro-Israël»

________________________________________

Anders Behring Breivik

C’est le nom du « Norvégien de souche » (comme l’ont prestemment précisé les médias) qui aurait reconnu avoir fait sauter une bombe dans le quartier gouvernemental d’Oslo (7 morts) et abattu, quelques heures plus tard, 85 personnes lors d’un rassemblement des jeunes du Parti socialiste.

 

Les médias européens exultent : non seulement il ne s’agit pas d’un immigré musulman, mais d’un nordique-type, qui plus est présenté comme « fondamentaliste chrétien » et d’« extrême-droite ».
 

Plus exactement, il s’agit probablement d’un conservateur « nationaliste », se référant au chistianisme (approche culturelle et superficielle, sans pratique), très anti-musulman, pro-sioniste et… activement franc-maçon !

 

Bizarrement, les médias n’évoquent quasiment pas ce dernier aspect, et n’exigent bien sûr pas d’enquête sur la puissante secte.

Certains le qualifient bêtement de néo-nazi alors que le terroriste dénonçait fermement dans ses écrits l’idéologie nationale-socialiste, au même titre que l’islam et le marxisme.
 

Il semble donc animé d’une idéologie relativement confuse et sommaire qu’on retrouve dans une « nouvelle extrême-droite » populiste un peu partout en Europe :
 

- «Nous devons donc veiller à influencer d’autres conservateurs culturels à rejoindre notre position anti-raciste, pro-homosexuel, pro-Israël»

 

Il est possible que Breivik se soit inspiré pour sa « performance » de la
  doctrine du « loup solitaire », issue des milieux pro-blancs radicaux états-uniens, préconisant l’action directe menée de façon individuelle et autonome.
 

Le Norvégien aurait affirmé que ses actes furent « cruels mais nécessaires », légitimant « l’usage du terrorisme comme un moyen d’éveiller les masses ».

 

A moins, bien sûr,

que tout ceci ne soit

qu’une vaste arnaque type 11 septembre…

_____________________________________________________

 

prolongemement

   

LONE WOLF

ou
loup solitaire

 

Au vu des premiers éléments de l’enquête sur la tuerie d’Oslo, on a l’impression que le cas Anders Behring Breivik relève de l’imaginaire du « Lone wolf », ou« loup solitaire », diffusé et élevé au rang de mythe par l’extrême droite radicale américaine. Quelle est l’origine du « Lone wolf » ?

 

Un émule de Timothy Mc Veigh?

 

la théorie du loup solitaire
La tactique du « Lone Wolf » a été inventée par l’Américain Joseph Tommasi en 1974, lorsqu’il fonde le groupuscule National Socialist Liberation Front Avec le « Lone Wolf », Tommasi veut transformer la faiblesse des néo-nazis en force. Puisque il n’existe aucun soutien populaire à l’extrême droite radicale, puisque le gouvernement étasunien n’est qu’un leurre derrière lequel se tient ZOG, le « Zionist Occupation Government » (le Gouvernement d’Occupation Sioniste), puisque tout militant d’extrême droite est peut-être un espion du gouvernement ou un agent sioniste, alors il faut passer à un terrorisme individuel. Aucun risque de fuite ou de trahison : on agit seul, chacun se charge solitairement de mener une action terroriste. Tommasi est lui-même assassiné en 1975. La méthodologie n’essaime qu’à compter des années 1980.
L’explosif utilisé, le mélange nitrate-fioul, appartient aussi à cette culture……
C’est un classique terroriste inventé aux Etats-Unis en 1970. Une voiture piégée avec un mélange de nitrate d’amonium, un engrais agricole facile à se procurer, et du fioul : pour un « Lone wolf », c’est une méthode simple et idéale. Ainsi c’est quasiment le mode opératoire de l’attentat d’Oklahoma City en 1995. Cet attentat est inspiré des Turner diaries, ( les Carnets de Turner, ouvrage interdit en France) la bible du terrorisme néo-nazi publiée par William Pierce, cofondateur avec Tommasi du National Socialist White People’s Party en 1969. A Oklahoma City, un véhicule piégé nitrate-carburant a fait un bilan de 108 morts, des blessés sur 800 mètres, plus de 300 bâtiments endommagés. On obtient donc des résultats quasi-militaires sans même disposer d’appareil logistique extérieur ou de réseaux clandestins de fourniture d’explosif.
changement de nature de la violence politique d’inspiration d’extrême droite en France et en Europe……
En France, à la fin de la guerre d’Algérie, l’OAS a été fortement productrice d’attentats. Après 1968, on a une grande période d’activisme, avec des affrontements de rue contre les gauchistes, qui dure jusqu’à la dissolution d’Ordre Nouveau en 1973. Là, privés de débouchés politiques, un certain nombre d’activistes deviennent des soldats perdus, passent de l’affrontement ritualisé entre extrémistes à des actes terroristes racistes.
On a ensuite des cas de violence raciste individuels ou par « bandes ». Ce n’est pas l’Etat ou un groupe politique qui est désormais visé. La violence est au sein même de la société, contre des populations d’origine immigrée avant tout. Et depuis quelques années, on voit poindre des petits groupes qui veulent détruire des symboles de « l’islamisation » de l’Europe.
Mais il faut bien voir que depuis les années 1990, l’extrême droite radicale européenne a connu, par le fait d’internet, une grande influence de l’américaine. Les Turner Diaries ont été traduits et librement diffusés, le thème de « ZOG » contre lequel il faudrait entrer en « Résistance », est devenu classique. Maxime Brunerie, « lone wolf » malheureux, avait justifié sa tentative d’assassinat du Président Chirac par le fait que celui-ci aurait été un agent de « ZOG ». L’importance du thème islamophobe aux Etats-Unis après le 11 septembre a donc ensuite compté et est venu s’hybrider à des éléments antérieurs. Dans le manifeste attribué à notre terroriste norvégien il évoque d’ailleurs cette « Résistance » à opposer à l’islam…
le rôle joué par les thématiques islamophobes
Il y a plusieurs phases car l’islamophobie est une mythologie vaste qui rassemble diverses clientèles politiques.
Avec la guerre en ex-Yougoslavie se sont répandus de l’extrême droite radicale à la gauche réactionnaire des argumentaires serbes fustigeant une « islamisation de l’Europe » . Après le 11 septembre, les néo-conservateurs américains ont mis en avant la lutte contre « l’islamo-fascisme » et ont redéployé sur l’islam les thématiques de la subversion communiste (agents dormants à l’intérieur de la société, centralisation unique du terrorisme etc.). Ces thèmes ont eu un grand succès public – alors qu’aucun historien n’admet cette assimilation polémique, l’islamisme est un phénomène très différent des fascismes.
Le discours du terroriste norvégien faisant porter la responsabilité de « l’islamisation de l’Europe » à la gauche n’est pas très éloigné de ce que l’on a pu parfois entendre en France. Dans les années 1970, de manière marginale, Ordre Nouveau et le Front National assuraient que la gauche soutenait l’immigration pour y trouver une armée de réserve révolutionnaire.
Depuis quelques années, la galaxie arabophobe et les soutiens ultra de la droite israélienne ont développé un discours d’assimilation des populations européennes d’origine arabe à l’islamisme, de celui-ci aux fascismes et de la gauche aux « collabos ».
On a vu apparaître le mythe d’« Eurabia », Ce conspirationnisme et cette altérophobie se sont d’autant plus facilement répandus qu’il s’agit ici de se positionner comme un « résistant » contre un « fascisme » et une « occupation ». On dépasse là très amplement l’espace de l’extrême droite radicale, c’est un discours porté par des intellectuels, des élus, etc. 
L’islamophobie est à la fois une idéologie consensuelle, de masse, et un mythe mobilisateur apte à entraîner des « loups solitaires » radicaux.
 
 
 
AZF-nitrate-d-ammonium.JPG
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires