L'histoire du monde par les mythes A TRAVERS MES REVES, DES IMAGES, DES MOTS, DES DOCUMENTS, DES PHOTOGRAPHIES... LES ARTICLES ET LES PAGES SONT MISES A JOUR ET AMELIORES REGULIEREMENT. JE VOUS INVITE A LES RELIRE

Satanique ou démoniaque ?

Lougris qui rêve

article en construction

 

Satanique ou démoniaque ?

 

Il semblerait que la conjuration mondialiste soit sataniste!

 

remarque:

N'allez pas croir que je défendrais les inquisitions d'antan!

  

Le meilleur pour la fin, c'est le point de départ de cet article qui prouve que le satanisme dans sa version déviante ou bien détournée comme écran de fumée pourrait servir des causes maléfiques. On y apprend comment des trafiquants d'Opium (voir le film La canonnière du Yangzé avec Steve Mas Queen), les fondateurs du Skull and Bones, sont devenus la pire des sociétés secrètes qui en utilisant le capitalisme libéral nous prépare la solution finale: Le totalitarisme Mondialusien au service de la Pensée Unique. Le pouvoir total d'une oligarchie dégénérée et malfaisante qui n'est pas tant sataniste que criminelle. 

 

skull-and-bones-sur-Wat-01.JPG

http://www.wat.tv/video/histoire-skull-and-bones-video-19mwh_2htpp_.html

 

 

Et voilà ce qui attend ceux qui ne sont pas dans leurs combines:

 

                                                                                          pouvoir-des-societe-secretes-01.JPG                              http://www.wat.tv/video/pouvoir-societes-secretes-1vkxs_2hy4f_.html                      

 

Ecoutez bien, on fait allusion à Cuba quand Fidel Castro a viré les "Multinationales" qui avait fait un bordel de cette îles. Il y avait encore la Standard Oil dans le coup (Rokfeller)! Mais la Mafia Juive s'est refugiée à Las Végas le temple de la perversion. Pendant que Kennedy se faisait assassiner pour avoir dénoncer tous ces comploteurs. C'est écrit partout sur le Net. Et ça fait mal de savoir ça.  Mais la Vérité est incontournable sinon on a plus d'âme... et plus c'est GROS moins on y croit. Et pour pas y croire faut quand même être très con maintenant ou complice! Choisis ton camp camarade sataniste ! MDR

 


 

Brossons l'ensemble de la mosaïque sataniste

 

Nota: Toutes les références viennent du WEB.

Wikipédia pour les définitions de base, et par extension des sites traitant du satanisme. Il y a  aussi un site officiel de surveillance des sectes en France. Mais là j'invite à la méfiance tellement nos pouvoirs sont infiltrés par les convives des Clubs "Le Siècle" ou "Bilerberg" patronnés par messieurs Rothchild et Rockfeller, nos banquiers et pétroliers préférés.

 

 http://www.info-sectes.org/satan/darwin-satan.htm

 

 

Je vais dans un premier temps reconstruire une connaissance plus précise du Satanisme. Car il y bien des confusions à ce sujet. Cette méconnaissance du Satanisme provient de la diabolisation orchestrée par des "cultes institutionnalisées" de toutes sortes et qui ont trouvé là le côté noir de leur décorum, la chose que l'on diabolise pour conserver le fond de commerce!

 

Je distinguerais:

 

le Satanisme originel.

Il est né avec l'esprit dans l'homme. C'est l'envers du Bien, le Mal. Il existait dans le Paganisme. C'était une force démoniaque de la nature que l'on incarnait dans un être plus ou moins dématérialisé par ses seules manifestations dans les comportements humains.  

 

le Satanisme moderne de LaVey.

Satan est ici une force de la nature.

C'est une mouvance "re-phylosophée" qui reprend des considérations antérieures pour développer une "sorte d'église" qui se base sur des règles bien définies. "L'homme est un animal qui doit se libérer des brimades des dogmes qui empêchent l'humain de se réaliser pleinement. La doctrine LaVeyenne prône l'individualisme en ce sens que l'égalité n'est qu'un artifice de contrôle des masses humaines. A ce titre également LaVey dénonce la Démocratie comme un mensonge égalitariste.

 

Cependant certaines de ces considérations procèdent principalement d'un individualisme qui peut verser dans la déviance s'il est sorti du contexte des règles LaVeyienne et produire du "Chacun pour sa gueule" utilisé par les Criminels qui divisent pour régner. Ces considérations sont dangereuses aussi pour les "Cons qui avalent les couleuvres sans les cuire!"

 

Le Satanisme gothique.

C'est une vitrine du Satanisme qui se développe chez les jeunes, principalement en occident et surtout aux USA! Manipulé par des Gourous qui prônent le libre-cours aux instincts primaires de l'humain dans son assertion animalisé. c'est "la boîte de nuit des paumés" qui en ont marre de pas pouvoir jouir de leurs sens. (une contestation de l'ordre établi, une opposition aux parents ... une réaction anti-brimades contre les églises catholiques ou protestantes. S'il y a danger, c'est qu'ils seraient manipulés!

 

Et

 

Le "Satanisme déviant".

CRIMINEL.

 

C'est un trompe l'oeil

Car pendant qu'ils font semblant de faire des rituels sataniques,

ils ne font rien d'autres

que de se réunir pour souder leurs intérêts illégaux.

 

C'est le Mondialisme orchestré par des groupes principalement incrustés dans la société américaine et qui ont utilisé le libéralisme pour développer des moyens de pressions Démoniaques au sens criminel dans le monde entier.

 

Dans ce dernier cas, j'appuie bien sur le terme Démoniaque (Démon). Ce qui nous emmène de suite vers des définitions bien précises qui vont étayer notre pensée et en faire un organe de réflexion libérée de la propagande et de la désinformation générée par ces Criminels qui orchestrent la prise du pouvoir au bénéfice d'une oligarchie qui est maintenant connue grâce à Internet. Mais la preuve est dans le discours lénifiant, laxatif et mensongé de leurs médias officiels collaborateurs.

 


 

Trois définitions pour commencer

 

529px-GustaveDoreParadiseLostSatanProfile.jpg

 Le Paradis perdu de Satan - Gustave Doré

  

satan

Satan : signifiant l'«accusateur» mais aussi l'adversaire) est un terme dont les origines remontent aux fois abrahamiques, traditionnellement appliqué à une divinité nommée par le qualificatif de messager (aggelos en grec et «ange» en français), un démon, ou une divinité mineure dans de nombreux systèmes de croyance.

 

démons

Dans de très nombreuses cultures, des êtres surnaturels, doués de raison, bienfaisants ou malfaisants, émanant de lieux ou de personnes sont supposés influencer les esprits des humains ou les lieux qu'ils traversent. Ils sont appelés démons dans la littérature chrétienne.

 

Magie

Dans la religion grecque populaire, le démon (daimon) désignait une sorte de génie ambivalent, un être doué de pouvoirs surnaturels, capricieux et imprévisible, présent en des lieux étranges à des moments particuliers et à l'oeuvre dans les évènements effrayants de la nature et de la vie humaine, mais susceptible d'être apaisé, contrôlé au moins par des moyens magiques.

Satan est donc un ange, c'est à dire un messager du Dieu. Il est aussi assimilé à un démon dans l'imagerie populaire. Et c'est sur cette distinction que je veux insister.

 

 


 

Voici l'histoire de Satan, l'Ange déchu.

 

Lucifer

Le porteur de Lumière

 

Quand Dieu créa les anges, il dota l'un d'entre eux, un séraphin, dont le nom était Lucifer , nom qui signifie " porteur de Lumière ". Etre au sommet de la hiérarchie angélique, il est le chef incontesté de cette cour qui se presse, émerveillée, autour de l'insondable pénombre où se cache Dieu. Brûlant d'amour, il répercute la lumière divine sur les autres Anges, leur révélant, par son intelligence sublime et inégalable, les secrets divins qu'il est le seul à comprendre tout à fait.

En créant les Anges, Dieu a façonné des êtres totalement spirituels , au contraire des animaux et due l'univers général qui constitue sa création matérielle. Ce faisant, il a donné vie a des choses incapables de connaître Sa présence, concept que les Anges ont du mal à saisir. Puis Dieu passa à l'étape suivante, il insuffla la vie à un être hybride, un être capable de s'élever vers les sphères célestes mais prisonnier de son corps de chair : l'homme. Et pourtant, tout comme les Anges, il est à l'image de Dieu.

Les Anges s'étonnent et doutent de la survie de cet être aussi étrange, mais Dieu continue son oeuvre devant Sa cour, sidérée : il est vrai que la matière entraînera l'homme vers le bas mais son âme lui permettra de s'élever, aidée par Dieu, Il se fera homme et s'unira à l'homme pour qu'ils ne fassent plus qu'un. Les Anges s'écrient : ce Dieu, se faisant homme, deviendrait inférieur aux Anges !

Le plus choqué d'entre eux est Lucifer, il lui semble soudain que sa science de Dieu, qu'il savait incomplète, est en réalité dérisoire, voir inexistante. C'est alors que surgit une invraisemblable pensée qu'il tente de repousser : et si Dieu était dans l'erreur, et lui, Lucifer, dans la vérité ? Près de lui, un autre Séraphin, Michaël, s'interroge, mais il projette vers son frère des images d'apaisement, de confiance et d'abandon , il lui ordonne de ne pas chercher à comprendre mais d'accepter. Mais Lucifer rejette les pensées de son ami, n'est-il pas le plus intelligent de tous les Anges ?

Alors que dans le cœur du Séraphin le doute s'installe, voici qu'apparaît une femme, une simple fille des hommes que l'on appelle " Mère de Dieu ", accompagnée de Dieu fait homme. " Voici votre Seigneur et voici votre Reine, annonça Dieu, prosternez-vous devant eux. " Comment, lui, si grandiose peut-il adorer des êtres aussi inférieurs ? Pourquoi Dieu ne l'a-t-il pas choisi lui, créature la plus parfaite, pour cette union hypostatique ? Il refuse donc d'adorer.

Et voici une alternative qui se présente à lui : la liberté. En effet, Dieu ne force personne à L'aimer, la liberté c'est pouvoir prétendre se passer de Lui. Lucifer sait que ça lui est impossible, ce serait le pire des châtiments car sa nature, en tant que Séraphin, c'est d'aimer, renoncer à Dieu serait renoncer à cet assouvissement de l'amour qui est sa raison d'être. Michaël le prit d'adorer mais cet amour inconsidéré de son frère pour Dieu et ses créatures grotesques lui paraît soudain odieux et les deux séraphins ont dû mal à masquer leur débat aux anges inférieurs qui se mettent à douter : faut-il adorer ou non ? Michaël se prosterne devant Son Créateur, imité par une grande partie du corps céleste mais les autres hésitent, Lucifer est leur prince, il se voit lui-même magnifique, incomparable, comment pourrait-il, lui, se prosterner devant la matière ? Jamais ! Il sait qu'il devrait pourtant obéir mais le faire le pousserait à renoncer à ses droits, à savoir la Beauté, la Perfection, la Grâce, la Sainteté. Lucifer ne se pense plus à travers Dieu, il se pense désormais à travers lui-même. Et il s'éblouit lui-même, se complaisant dans l'orgueil. Il s'aime et trouve la béatitude en lui-même, il n'a plus besoin de Dieu.

Mais il a oublié de qui il tenait ses dons et pouvoirs et les ténèbres vont tomber sur lui, il ne voit plus que sa laideur, qu'il dissimule aux autres, son intelligence est déviée…mais il ne peut revenir en arrière et il entraîne avec lui des milliers d'Anges qui ne voient pas son âme pervertie, ils sont tous engloutis par les ténèbres. On ne le nomme plus " beauté parfaite " ou " fils de l'aurore ",mais Prince des Ténèbres, Seigneur du mensonge…et ces titres ne lui déplaisent pas. Il décide de faire payer aux Hommes son erreur et jure que, tant que lui, Lucifer n'atteindrait pas le Bonheur dont il a été privé par leur faute, il en serait de même pour eux, il allait les traquer :à sa souffrance, s'ajoute une colère furieuse, une haine à la mesure de son amour d'autrefois, Dieu l'a trompé ! Il les a trop durement punis, Lucifer ne voit plus qu'en son Créateur un tyran et, aveuglé par sa terrible colère, il décide de jeter Dieu en bas de son Trône pour prendre sa place. Dieu ne réagit pas, il n'élimine pas Lucifer et le séraphin considère alors que sa victoire est imminente.

Il s'avance vers le Trône, suivi de son armée, encouragée par l'inaction des anges de Dieu et se proclame l'égal de son Créateur. C'est alors qu'un cri ébranle les cieux : " Qui ose se prétendre l'égal de Dieu ? "hurle-t-on. Michaël (dont le nom en hébreu signifie " Qui comme Dieu ? ") se dresse entre Lucifer et le Trône Divin, le visage trahissant une sainte colère, lui pourtant pacifiste et miséricordieux, prêt à défendre Dieu, caché et invisible mais que Michaël voit, ce qui rend Lucifer malade de jalousie. Il scande sa question " Qui est comme Dieu ? ", encourageant ainsi les Anges fidèles à se battre à ses côtés. Et Lucifer se rend compte que ses légions sont bien moins nombreuses que celles de Michaël, la lumière qu'irradie celui qui était son ami le brûle, une brûlure atroce qui le dévore sans le détruire, rendant Lucifer encore plus fou, il ne craint pas Michaël, il est supérieur à lui.

Mais Lucifer a sous-estimé la puissance de l'union des Esprits de Dieu, tous les dons que Dieu a offert à ses Anges, la Lumière, l'Amour, la Vérité, la Beauté, la Justice…forment une infranchissable barrière , la splendeur de Dieu les repousse, les Anges rebelles reculent et Lucifer tombe, plus il chute, plus le désespoir, la haine et le désir de faire du mal grandissent en lui : il a perdu une bataille mais pas la guerre, le Ciel lui est fermé, il s'acharnera pour qu'il en soit de même pour l'homme.


  

Le Satanisme LaVeyen

  

Lavey.jpg 

  Anton Szandor LaVey

 

 

Le satanisme LaVeyen est une philosophie qui se distingue du culte de Satan ou l'un de ses avatars (voir Luciférisme ou Satanisme), car il ne s'agit pas du culte d'une entité divine ou démoniaque mais d'une "croyance" de l'égo et de l'individualisme, c'est-à-dire que le but premier de cette philosophie satanique est de croire en soi-même.

 

Cette philosophie a été développée par Anton Szandor LaVey, qui prône la totale liberté des hommes de ne pas suivre les dogmes religieux ni de vénérer aucune divinité et d'être leur propre dieu.


Satanisme philosophique de LaVey

La Bible Satanique d'Anton Szandor LaVey, publiée en 1966, est l'acte de naissance de la philosophie sataniste Laveyenne. LaVey avait fondé trois ans auparavant l’Église de Satan à San Francisco, dans un acte symbolique pour rassembler des individus liés par le mythe du Prince des Ténèbres. Car il s’agit bien de la symbolique du mythe de Satan sur lequel le Satanisme moderne fonde sa philosophie: il n'y a ici nulle croyance en une déité nommée Satan. Bien que le terme de religion soit employé, il faut en préciser le sens. Le Satanisme moderne place le sentiment de divinité en soi-même, cultive l’ego, Satan étant l’incarnation des instincts charnels de l’Homme et l‘affirmation de sa volonté. LaVey puise son inspiration de Darwin, Jung, Reich et de la philosophie objectiviste d’Ayn Rand. LaVey a aussi puisé son inspiration chez Nietzsche.

 


 

 

l'individualisme

extrait des principes du satanisme

(voir plus bas) 

 

 

L’individualisme est au centre du satanisme, un individualisme éclairé où l'ego se réalise pleinement - «indulgence au lieu d’abstinence» disait A S. LaVey, «mais pas compulsion», ajoutait-il. Le satanisme place l’humain comme la seule valeur supérieure, en cela il est un concept anti-théos, mais il se bat aussi contre le structuralisme conservateur de nos sociétés modernes qui étouffe l’essence de chaque homme. Le satanisme nie l’égalitarisme «démocratique», le qualifiant de mensonge pieux qui permet aux gouvernants de vendre de la liberté «formelle», posant comme acquis l'idée de tous les hommes égaux en valeur. L’égalité n’est pas une loi de la nature, ni en corps ni en esprit. Selon la doctrine sataniste, malgré son degré d’évolution, l’homme reste un animal, et de par ses instincts la loi de la jungle prévaut sur terre, malgré les bonnes manières «civilisées» de l'homo sapiens. La liberté est le bien le plus précieux pour un sataniste, c’est pourquoi «il est préférable d’être un maître en enfer, qu’un esclave au paradis!» (John Milton, Paradise Lost, Livre I, vers 263: "Better to reign in Hell than serve in Heaven!").

Le satanisme moderne se veut une tranchante césure rationnelle avec les tâtonnements occultistes passés, une philosophie de vie où l’humain reprend son trône au divin.

 

 

Je souligne:

 

UN AVATAR DU SATANISME DE LAVEY

 

"il est préférable d’être un maître en enfer, qu’un esclave au paradis!"

 

En résumé:

le satanisme moderne c'est :

  

- l'individualisme

- concept anti-théos

- contre le structuralisme conservateur de nos sociétés modernes qui étouffe l’essence de chaque homme.

- Le satanisme nie l’égalitarisme «démocratique», le qualifiant de mensonge pieux qui permet aux gouvernants de vendre de la - liberté «formelle», .

- L’égalité n’est pas une loi de la nature, ni en corps ni en esprit.

- l’homme reste un animal

- La liberté est le bien le plus précieux pour un sataniste, c’est pourquoi «il est préférable d’être un maître en enfer, qu’un esclave au paradis!» (John Milton, Paradise Lost, Livre I, vers 263: "Better to reign in Hell than serve in Heaven!").

- césure rationnelle avec les tâtonnements occultistes passés

- une philosophie de vie où l’humain reprend son trône au divin.

 

Mon commentaire:

 

Et là, ce genre de considération dans certains pouvoirs, c'est du totalitarisme. Hurler avec les loups, tout le monde sait pas faire, et pas seulement par faiblesse. On est pas des Spartiates! Sans compter que même les animaux sauvages font preuves de solidarité et d'entraide. Et py si c'est comme dans l'émission "Le maillon faible", on élimine non pas le plus faible, mais celui qui vous gêne et les critères d'élimination procèdent des pires motivations. L'homme n'est pas seulement un animal, il a une âme!

Il ne faut pas sortir ces considérations de leur contexte sinon elles sont totalitaires. Voici maintenant l'ensemble de la théorie satanisme de LaVey.

 

Mais Satan est orgueilleux, vaniteux et c'est un charmeur. Alors sa théorie peut devenir le pot de sucre dans lequel tombe la guêpe! A vous de prendre les très bonnes recomandations des principes satanistes, ceux qui nous libèrent du carcan des églises, mais l'opposition entre Satan et l'Archange estle symbole du combat qui équilibre nos comportements et fonde nos âmes dans l'animal que nous sommes. C'est le principe même de toute "saine psychologie". Sinon c'est le déviance morale.

   


 

   

 

 Les principes du Satanisme LaVeyen

    

Le principe du satanisme est une inversion des dogmes chrétiens qui prône l'adoration du Prince du Mal : Satan, Lucifer, le diable... quel que soit son nom. Cette théologie négative a toujours existé dans le mythe judéo-chrétien mais n’est devenue dualiste qu’à partir des Évangiles et du Nouveau Testament. Le dieu unique de l’Ancien Testament Yahvé se montre parfois redoutable, et comme ses équivalents du Moyen-Orient, il dispose d’agents, malak Yahveh, anges chargés des basses besognes. Parmi eux se trouve un type d’ange, un satan, de la racine hébraïque stn signifiant « l’opposant », « celui qui met un obstacle ». Le terme « satan » est un titre et non pas un nom personnel, ce type d’ange faisant partie de la cour de Dieu comme bene’elohim (« fils de dieu »). Pour comprendre l’évolution de Satan en ange rebelle, il faut se replonger dans la littérature apocryphe apocalyptique d’avant l'ère chrétienne. Les livres d’Enoch décrivent la révolte des anges qui enfreignent la séparation entre le divin et l’humain en s’accouplant aux femmes. En outre, ils apprennent à l’humanité la métallurgie, l’art des bijoux et des cosmétiques. Ici naît l’existence du mal. Un lien est établi entre le sexe, la maîtrise de la technique par l’homme et le mal. L’ange prométhéen, Lucifer, est puni pour sa désobéissance, pour avoir transmis la connaissance charnelle et intellectuelle contre la volonté de Dieu.

  

LaVey résume ceci avec pragmatisme dans ses onze règles de la Terre :

  

01. Ne donnez pas votre opinion ou vos conseils à moins qu'on ne vous l'ait demandé.

 

02. Ne confiez pas vos angoisses ou autres troubles à autrui à moins que vous ne soyez certains d'être écouté.

 

03. Si vous allez dans la maison d'un autre, montrez-lui du respect, sinon n'y allez pas.

 

04. Si un invité dans votre maison vous contrarie ou vous embête, traitez-le cruellement et sans pitié.

05. Ne faites pas d'avances quelles qu'elles soient, à moins que vous ne puissiez réaliser ce que vous avancez (ne soyez pas prétentieux).

 

06. Ne prenez pas ce qui ne vous appartient pas, à moins que ce bien soulage son propriétaire et qu'il veuille s'en défaire.

 

07. Reconnaissez le pouvoir de la magie si vous l'avez employée avec succès pour réaliser vos désirs. Si vous reniez ces pouvoirs après y avoir fait appel avec succès, vous perdrez tout ce que vous aurez obtenu par leur aide.

 

08 Ne vous plaignez de rien qui ne vous concerne pas personnellement.

 

09. Ne maltraitez pas les enfants.

 

10. Ne tuez pas d'animaux, sauf pour vous défendre ou pour vous nourrir.

 

11. Quand vous sortez, n'ennuyez personne. Si quelqu'un vous ennuie, dites-lui d'arrêter. S'il continue à vous ennuyer, détruisez-le !

  

De la même façon que l'homme est un autodidacte dans le domaine matériel, il est un « autodidacte dans le domaine spirituel ». Cela signifie que l’on doit mériter le droit de se considérer soi-même comme notre plus grande valeur en réalisant notre propre perfection morale, c’est-à-dire en refusant d’accepter tout code fondé sur des vertus irrationnelles qui seraient impossibles à mettre en pratique. Il faut s’assurer alors d'user de celles qui le sont, en refusant toute culpabilité imméritée, en ne s’y exposant pas et en corrigeant promptement celle que l’on aurait pu mériter. Et enfin, par-dessus tout, la perfection morale s’accomplit en refusant de jouer le rôle d’un animal sacrificiel et en refusant toute doctrine qui prêche l’auto-immolation comme une vertu ou un devoir moral.

L’individualisme est au centre du satanisme, un individualisme éclairé où l'ego se réalise pleinement - « indulgence au lieu d’abstinence » disait A S. LaVey, « mais pas compulsion », ajoutait-il. Le satanisme place l’humain comme la seule valeur supérieure, en cela il est un concept anti-théos, mais il se bat aussi contre le structuralisme conservateur de nos sociétés modernes qui étouffe l’essence de chaque homme. Le satanisme nie l’égalitarisme « démocratique », le qualifiant de mensonge pieux qui permet aux gouvernants de vendre de la liberté « formelle », posant comme acquis l'idée de tous les hommes égaux en valeur. L’égalité n’est pas une loi de la nature, ni en corps ni en esprit. Selon la doctrine sataniste, malgré son degré d’évolution, l’homme reste un animal, et de par ses instincts la loi de la jungle prévaut sur terre, malgré les bonnes manières « civilisées » de l'homo sapiens. La liberté est le bien le plus précieux pour un sataniste, c’est pourquoi « il est préférable d’être un maître en enfer, qu’un esclave au paradis ! » (John Milton, Paradise Lost, Livre I, vers 263: "Better to reign in Hell than serve in Heaven!").

 

Le satanisme moderne se veut une tranchante césure rationnelle avec les tâtonnements occultistes passés, une philosophie de vie où l’humain reprend son trône au divin, essayant ainsi de maitriser le destin des hommes en leur évitant, la misère, la guerre et les souffrances. Le satanisme contemporain pourrait devenir une nouvelle voie pour une mondialisation qui ne soit plus uniquement monétaire. La mondialisation peut permettre la diffusion de valeurs et la promotion de la démocratie.

 


 

Charles Darwin, darwinisme social et Satanisme

 

 

evolution-logo-01.JPG/http://www.info-bible.org/science/evolution.htm

 

Les théoriciens du satanisme ont développé leurs écrits à partir de la pensée de divers philosophes et scientifiques.. La théorie de l'évolution de Charles Darwin (1809-1882), biologiste né en Angleterre, est l'une d'entre elles. Le célèbre scientifique a défini une conception de l'évolution selon laquelle les différentes espèces animales évoluent progressivement en fonction d'un mécanisme dit de « sélection naturelle ». Des biologistes et des philosophes ont réinterprété cette théorie en l'appliquant à l'espèce humaine : c'est ce que l'on appelle le darwinisme social. D'après cette théorie (portée par Herbert Spencer, Ernst Haeckel ou John Fiske), les différences entre les individus, les peuples ou les sociétés seraient fondées sur des divergences biologiques. Ces disparités biologiques auraient pour incidence de rendre certaines « races » supérieures par rapport aux autres : les plus fortes dominant les plus faibles, celles-ci disparaissant peu à peu. Les guerres, les activités coloniales, les inégalités sociales, l'eugénisme ne seraient que l'expression de cette sélection naturelle à échelle humaine. Dans le même ordre d'idée, l'égalitarisme et la solidarité seraient deux notions fausses, inapplicables et illégitimes car non naturelles. C'est à cette première source que les penseurs du satanisme puisent, à l'image d'Anton LaVey qui admettra l'afiliation directe entre sa bible satanique et les écrits de l'auteur américain Ragnar Redbeard (Might is right, littéralement La force est juste), inspirés du darwinisme social mais aussi de théories racistes et antichrétiennes.

Darwin et Redbeard ne sont pas les uniques références philosophiques des théoriciens satanistes.

 

 

Mon commentaire:

Sauf que cette théorie peut être malmenée

par d'autres conceptions de l'évolutions des espèces.

Voir mon article

LE COELACANTHE 

en d'autres termes l'évolutions se fait par bond, et ne se fait pas toujours progressivement.

Ya donc dans les théories sataniste des raccourcis arrangeants.

 

 

Friedrich Nietzsche et le satanisme

L'apologie du nécessaire comportement individualiste des puissants et des forts est légitimée par .. la philosophie nietzschéenne. Friedrich Nietzsche (1844-1900), philosophe allemand, a bâti sa pensée autour du concept de « volonté de puissance ». Les théoriciens du satanisme lui ont repris cette notion, la travestissant pour en réaliser une interprétation plus personnelle : chaque individu posséderait une force d'expansion intrinsèque qui le conduirait à mettre en pratique des actions brutales et agressives dans le but d'exposer sa puissance. À ce titre, seuls les surhommes, les individus les plus parfaits ayant dépassé leur condition, sont appelés « à siéger au sommet de l'espèce humaine et de la société afin d'assurer la domination. Sont également reprises, mais déformées, les critiques nietzschéennes des religions, et notamment du christianisme, ainsi que les attaques contre la pensée égalitariste (qui viole les déterminations biologiques naturelles) ou les idéologies promouvant la solidarité (les plus forts ne doivent aucunement aider les plus faibles : chez Satan, « bénis soient les forts » et « maudits soient les faibles » Au-delà de ces interprétations fustigeant le christianisme ou la pensée égalitaire, d'autres penseurs (Julius Evola, Ayn Rand) développant une forme de rationnaliste-raciste viennent inspirer les théoriciens du satanisme.

 

 

CONCLUSION

concernant les mondialusiens 

 

Le satanisme me semble être un écran de fumée

pour ces grosses sociétés criminelles sectaires

comme le "fraternité de la mort de Yale"

(et yen a d'autres aux States, toutes fondés par des Intégristes réformés).

Mais j'attends encore que des "satanistes" qui se respecteraient

dénoncent aussi ces gens là.

Sinon ils sont avec eux.

 

Pour moi le satanisme de LaVey fait appel à être compris par des âmes d'exception. Le satanisme reste un idéal, une arme de résistance phychologique contre les totalitarismes et même ceux qui en procèdent!

Mais il se revendique en contre pouvoir.

Il n'est donc pas si différents des églises antérieures dont il critique à raisons les abus. Il contient cependant des relents de cette pensée unique que veulent nous imposer les Mondialusiens.

 

 

Et la plus belle connerie lu ici dans les principes du satanisme:

  

 

il est préférable d’être un maître en enfer, qu’un esclave au paradis! "

traduction:

Vaut mieux faire le boucher que le veau!

Vaut mieux être du côté du manche que de la cognée!

 

en d'autre termes on vaut pas grand chose dans les deux cas!

 



Ben moi, j'aime bien Mére Thérésa quand même!

 

489px-MotherTeresa_090.jpg



  ALors ...

        A moins que les Lycans se révoltent,

comme dans le film !

 

L'amour sauve le monde ...

C'est pas beau ça comme "The End"

 

Et c'est pas de la propagande Zionllywodienne ça.

Mort de Rire

 

Commentaires