L'histoire du monde par les mythes A TRAVERS MES REVES, DES IMAGES, DES MOTS, DES DOCUMENTS, DES PHOTOGRAPHIES... LES ARTICLES ET LES PAGES SONT MISES A JOUR ET AMELIORES REGULIEREMENT. JE VOUS INVITE A LES RELIRE

Obama ferait le ménage ! Résistance underground en Europe !

Lougris qui rêve

 article en construction

 

 

 

mecapolis-logo-01.JPG l'intégralité sur le site Mecapolis

http://www.mecanopolis.org/?p=3462

 

et tous les autres articles sur

http://www.mecanopolis.org/?page_id=1428

 

 

L’équipe d’Obama réalise une grande opération contre les forces du Mossad aux Etats Unis

 

Par Sorcha Faal, pour Whatdoesitmean.com, tarduit de l’anglais par Chevalier Jedi

 

Des analystes des services secrets russes sont ont signalé que l’armée étasunienne et les forces de police loyales a Obama ont réalisé la plus grande capture de l’histoire des Etats Unis en ce qui concerne un réseau d’espionnage œuvrant à l’intérieur de ses propres frontières.

Selon ces analyses, le financier de New York Bernard Madoff serait l’organisateur de vastes opérations d’espionnage d’Israël aux USA depuis les années 60.

 

Mr Madoff qui possède la double nationalité nord-américaine et israélite, fut arrêté le 12 décembre dernier alors qu’il essayait de fuir des Etats Unis en sortant des milliers de millions de dollars de fonds de réserve du Mossad, tentative qui fut neutralisée par le Juge de district Luis Stanton, ce dernier dit que « son ordre d’arrêt » était nécessaire afin d’éviter que Madoff ou l’un de ses agents ne puissent sortir cet argent de la jurisprudence de la cours de justice nord-américaine et pour préserver le « Status Quo » des futures enquêtes sur le sujet.

 

Ces analyses signalent aussi que le fameux procureur de la justice nord-américaine et allie d’Obama, Patrick Fitzgerald, fut derrière la capture de Madoff et des ses sympathisants du Mossad sur lesquels Fitzgerald enquêtait depuis la détention en 2005 d’un officier du Pentagone, Lawrence Franklin, qui avait a sa charge le fait de « passer » des secrets militaires nord-américains a l’AIPAC, qui est connue comme étant une organisation de première ligne du Mossad et qui opère depuis les USA.

 

- - -

 

On ne peut pas reprocher à l’armée nord-américaine de ne pas prendre des mesures contre la pénétration du Mossad, car selon ses règles à long terme, il est interdit aux juifs nord-américains de rentrer dans les corps d’élite des officiers US et dans les services de renseignement gouvernementaux en raison de sa possible double nationalité (nord américaine et israélite) .. De ce fait l’armée est considérée comme étant le « dernier protecteur » afin que son pays ne soit pas utilisé uniquement pour le bénéfice d’Israël. Cette même réticence de l’armée US est maintenant utilisee par Obama pour éloigner son pays, de ce catastrophique chemin.

 

Socha Faal, traduit de l’anglais par Chevalier Jedi pour Mecanopolis

 

 

On a du mal à croire ça

quand on sait que le patron d'Obama est Rockfeller !

Mais ça fait plaisir de rêver encore au Grand frère américain.

 


 

Yaurait dla Résistance!

Ben ça alors, Dream Dream!

C'est beau quand même! 

Des fois que certains aristos aie de la Noblesse.

Mais va falloir qu'il retrouve le Saint Chrême!

 

Py dis-donc un peu le monarchiste,

c'est qui qui va prendre la suite,

un Capétiens ou un des Zozos qui a voté la mort de son cousin!

 

Remarque la République manque d'une chose essentielle:

la continuité dans le temps.

Elle est vouée renversement les plus violents.

Le Nazisme est sorti de la République!

Py Sarkusa aussi!

La monarchie a pour elle le Divin.

Le Roi est au dessus des partis.

Il incarne la continuité divine de la monarchie.

 

 

UN FRONT CLANDESTIN POUR LA LIBERATION DE L'EUROPE

 

 

Par Jean Parvulesco

 

Tout se passe comme si, à l’abri d’un écran protecteur, aussi invisible qu’impénétrable, des évènements considérables se produisent, dramatiquement, dont on ne parviendrait à saisir, à l’extérieur, que des fragments en ordre dispersés, inintelligibles parce que leur terrifiante cohérence intérieures se trouve occultée, rigoureusement maintenue en dehors de toute attention étrangère au secret central des choses qui s’y font et s’y défont et qui décident du sort de ce monde dans une obscurité extrême.

 

 

 

 

(…) A nous autres, derniers témoins de l’être, tout nous est prohibé. Nous nous trouvons irrémédiablement exclus de la grande édition, de la grande presse, de la radio, de la télévision ; le théâtre et le cinéma sont subversivement maintenus hors de notre portée, une violente campagne permanente et exhaustive de dénigrement, d’interdit formel et d’empêchement suractivé se poursuit inlassablement, à tous les niveaux, contre nos positions, contre nos œuvres et jusque contre les personnes mêmes qui se reconnaissent dans nos rang, atteintes, poursuivies jusque dans leurs existences même, jusqu’à leur dernier souffle.

 

(…) Car les choses du présent, sans distinction, sont devenues intolérables. La haute trahison spirituelle de certains, responsables et lucides ceux-là, et même plus que lucides, ainsi que le crétinisme, glorieux et moutonnier à la fois, d’une intelligentsia fermement décidée à ne pas en perdre une, qui s’obstine à s’enfoncer toujours plus avant dans l’écœurante misère de la médiocrité d’état et qui étouffe tout et nous a étouffé tous sous la lourde chape de boue de ses basses œuvres, n’en finissent plus de dévier, de souiller et d’empêcher toute vie spirituelle en devenir, et jusqu’à la vie elle-même dans les choix de sa conscience et dans la conscience de ses choix.

 

(…) Nous ne sommes déjà plus rien d’autre que le seul honneur de notre fidélité, si notre honneur s’appelle fidélité, si nous sommes les survivants hallucinés des serments antérieurs, fondement occultes des grands serments à venir avec les prochains renouvellements de la foi impériale.

 

(…) Dans la conjoncture politique actuelle, dont la caractéristique décisive est celle d’une de l’installation préventive d’une vaste conspiration mise subversivement en place et dirigée, dans l’ombre, par la « superpuissance planétaire des Etats-Unis », les combats pour la libération de l’Europe ne peuvent plus être, aujourd’hui, que des combats souterrains, les combats désespérés d’une résistance clandestine. Car il y a un front de libération de l’Europe, qui reste, à présent, la dernière chance d’une nouvelle liberté politico-historique européenne face à la conspiration mondiale qui se bat pour la fin de l’Europe, et de ses libertés géopolitiques impériales et suprahistoriques.

 

(…) Les forces régressives et désertificatrices à l’œuvre, suractivées, engagées en avant avec les glissements politiques négatifs opérés par le pouvoir encore en place, et qui imposent ainsi, en direct, dans les termes même de la terreur démocratique montante, leur loi de renversement et de prise de possession négative, satanique. Car tel est le signe de haute provocation qui sont les nôtres, l’obligation devant laquelle on se trouve tenu d’utiliser ce terme aux résonances bien anciennes, étrangères à nos actuelles habitudes de discours.

 

(…) Le renversement fondamental du front de la bataille décisive pour la libération de la conscience européenne fera que la conspiration mondiale américaine sera alors réduite à la défensive, et que c’est nous qui conduirons l’offensive du désencerclement et de l’affirmation finale de nos propres positions grand-européenne.

 

(…) Ainsi, désormais, seul l’inconcevable commande. Et l’inconcevable, en l’occurrence, étant l’action révolutionnaire totale du petit nombre de ceux qui ayant réussi à franchir pour eux-mêmes, pour leur propre compte, clandestinement, la ligne de passage entre l’être et le non-être, se trouvent déjà en état d’assumer la tâche de veiller sur un nouveau retour à l’être, d’un nouveau recommencement révolutionnaire de l’histoire française de l’Europe, de la plus Grande Europe.

 

(…) Raymond Abellio fait dire à un de ses personnages de son roman Les Yeux d’Ezechiel sont ouverts : « Aujourd’hui je le sais. Aucun homme ayant un peu le goût de l’absolu  ne peut plus s’accrocher à rien. La démocratie est un dévergondage sentimental, le fascisme un dévergondage passionnel, le communisme un dévergondage intellectuel. Aucun camp ne peut plus gagner. Il n’y a plus de victoire possible ». Il nous faudra donc qu’à partir de la ligne actuelle du néant, nous recommencions, à nouveau, tout, que nous remettions tout en branle par le miracle suprahistorique d’une nouvelle immaculée conception révolutionnaire. C’est la tâche secrète de nous autres.

  

(…) Et il n’est pas impossible que l’épreuve de force entre le pouvoir et les forces de contestation qui vont s’élever alors contre l’état de fait puisse prendre aussitôt les allures d’une guerre civile, les choses apparaissant ainsi d’autant plus étranges que les forces de contestation se levant contre la dictature démocratique à la fois sournoise et totalitaire du pouvoir seront tout à fait inconnues, n’ayant encore fait état, ouvertement, de leur existence, et ne manifestant donc aucune relation avec ce que l’on appelle, sans doute par dérision, « l’opposition nationale » – soi-disant « gaulliste » – et autres formations de la même frime, salement complices, à la traine, et dans l’imitation honteuse du pouvoir en place – « opposition nationale » dont les positions affichées font ouvertement assaut d’allégeance aux mots d’ordre de la conspiration mondialiste se tenant présente dans l’ombre.

 

(…) Aussi de nouveaux rapports de puissance et de destin, absolument imprévisibles, des glissements tectoniques en profondeur viendront définir et imposer, à l’heure prévue, une conjoncture politico-historique tout à fait autre.

  

(…) La conspiration mondialiste peut très certainement prétendre, à l’heure actuelle, d’être en état de tout verrouiller, de neutraliser toute velléité de résistance européenne, cette prétention trouvant posée dans les termes mêmes de la dialectique offensive de ses propres intérêts d’ensemble, de ses propres desseins, désormais à découvert, de la domination planétaire. La conspiration mondialiste s’y croit déjà.

 

Mais l’histoire n’est absolument pas la somme des circonstances : au contraire, c’est l’histoire qui décide, invente et impose irrationnellement les circonstances de sa propre marche en avant. A la terreur de la raison démocratique totalitaire, nous opposons la ligne de front de l’irrationalité dogmatique de l’histoire elle-même.

 


 

Commentaire

 

Ben voyons,

... Vont nous sauvez le monarchiste maintenant!

On les a viré en 89, enfin pas nous, les Bourges y paraît.

Cependant je reconnais à ces paroles le mérite de

reconnaître la conscience humaine.

  


Jean Parvulesco

 

Obsédé par le secret, Jean Parvulesco se refuse de fournir la moindre information d’ordre biographique. On sait qu’il a écrit une trentaine de livres, dont dix romans importants et une pièce d’extrême avant-garde, Les Palissades indigo. Il met actuellement la dernière main à un roman avec des résonances métaphysiques, Un Voyage en Colchide, deuxième volume d’une trilogie ayant débuté par Le Gué des louves et qui finira par Le Mémorial Hohenstaufen. Jean Parvulesco vit à Paris, près des jardins du Ranelagh, et on lui soupçonne des convictions monarchistes et catholiques traditionnalistes.

 

Aux éditions Alexipharmaque :

Le sentier perdu

Dans la forêt de Fontainebleau

La confirmation boréale

 

Jean Parvulesco

Extraits de La confirmation boréale, Alexipharmaque, 2010

Lire également Jean Parvulesco est mort

 

Commentaires