L'histoire du monde par les mythes A TRAVERS MES REVES, DES IMAGES, DES MOTS, DES DOCUMENTS, DES PHOTOGRAPHIES... LES ARTICLES ET LES PAGES SONT MISES A JOUR ET AMELIORES REGULIEREMENT. JE VOUS INVITE A LES RELIRE

Le bobo et la belotte - Besancenot versus Sami Ghali

Lougris qui rêve
Le bobo et la bellotte
Une méprise médiatique
en cherchant bien la belotte
est une amie du CRIF ...
ça donne une autre dimension ...
Dans un premier temps on se fait avoir comme dans un bois.
Elle est belle,
elle a de la gueule,
elle est en vogue,
et donne une impression d'honnêteté ...
  J'ai fait cet article avec naiveté ...
Je donne à la fin la parole à une personne
qui démonte cette personne !
Cependant, ma réflexion sur les stupéfiants reste mienne .
 
Un Hommage à Samia
 
sur canal+
 
 JPEG - 77.7 ko
Samia Ghali - Sénatrice 
 
Mon préambule 
ça fait mal !
Elle en a la bellotte !
 
Je lui rends un fier hommage .
Besancenot dans le rôle du Bobo de gauche
qui défend la légalisation du cannabis ,    
applaudi discrètement par l'élite "stupéfaite" présente dans la salle ,
se fait contrer par Samia Ghali
qui lui lance à la face
que le cannabis
n'est pas le principal problème des cités de Marseilles .
 
Puis elle désigne froidement les consommateurs de stupéfiants ,
( je la cite et j'approuve !)
    " ... les avocats , les chefs d'entreprises , monsieur et madame ... Bobo ... "
Disant qu'en achetant de la Drogue ,
ils participent à ce qui se passent dans les cités .
 
Ouah ! Que cojones la chica !
 
 
placer le curseur de cette vidéo à 16 mm 42
 
Canal---Marseilles-01.JPG  
 
 
Mon commentaire 
 
Voyant notre bon Besancenot reprenant les vieux arguments disant que toute interdiction favorise la Criminalité et faisant ainsi référence à la "prohibition américaine des années 1920" , je me suis penché sur le problème .
 
Tout d'abord le 18e amendement interdit tout simplement un commerce légal . Mettant dans l'illégalité une activité économique bien établie .
 
Ce qui n'est pas le cas du traffic de stupéfiant qui est hors la loi avant tout !
 
C'est sans parler des obscurs raisons qui furent à l'origine du 18e amendement . ( à lire aussi dans l'article de "agoravox.fr" )
 
A Marseilles c'est dans l'illégalité que des trafiquants utilisent des truants délinquants pour faire le traffic des stupéfiants . Ces "jeunes" recyclés ne servent pas la cause de leurs compatriotes des banlieux , ce qui arrange bien des potentats . Avec à la clé l'utilisation d'armes de guerres venues certainement des pays de l'Est . La fameuse Kalachnikov y est l'arme de prédilection . Samia se bat comme une lionne défendre sa ville , Marseilles .
 
Par contre les deux se rejoignent quand au rôle ambigüe des Notables qui comme le maire de Chicago qui se ventait de consommer de l'alcool mènent un jeu hypocrite que dénonce sans ambage Samia Ghali ! Le rôle de la mafia fut remarquable dans cette époque et bien sûr c'est ce qui fait dire que toute prohibition génère le crime . Mais c'est trop facile à dire . Quand au pouvoir américain , il ne fut pas trop géné aux entournures pour se faire aider à préparer le débarquement des alliés en Sicile et en Italie quelques temps après . Alors question de morale , on repassera .
 
Ce qui est inquiétant à Marseilles , ce sont les armes de guerre . Je ne crois pas qu'elles soient là par hasard . Et je rejoins Samia dans son attaque directe envers l'intelligentia . Cette délinquance Marseillaise prépare le terrain à bien des médiatisations douteuses favorisant le Mondialisme en dénonçant de pseudo terroristes . Pour le moment le problème est attribué à la Pègre ; mais pour combien de temps ?
 
Documentation de référence
Extrait
Le 18 em ammendement
vu sur le site
 
 
Le 29 janvier 1919 est adopté le 18e amendement à la Constitution : « À partir d’une année après la ratification de cet article, la fabrication, la vente, le transport des boissons enivrantes à l’intérieur des Etats-Unis et de tout territoire soumis à la juridiction de ces derniers, leur importation et leur exportation à fins de boisson sont interdits.
 
 
Extrait
 
 
En l’occurrence, cette chose, c’est le marché de l’alcool. Il existait, avant le 18e amendement, un marché de l’alcool. En clair, c’est un lieu où interagissent des individus et déterminent ainsi les prix des alcools. C’est un lieu où se rencontrent acheteurs et vendeurs pour échanger des boissons enivrantes. Une demande en alcool - celle de millions d’individus qui aiment le vin ou la bière - et une offre - celle des producteurs et des vendeurs - constituent ce marché. Le commerce de l’alcool est une activité économique. Tous ces faits sont des évidences. Mais il faut avoir ces évidences à l’esprit pour comprendre l’échec de la Prohibition. Le 18e amendement vise tout simplement à supprimer une activité économique entière.
 
Mais le monde réel ne se plie pas aux décisions politiques ou administratives. Car ce n’est pas le marché de l’alcool en tant que tel qui est supprimé par le 18e amendement, mais un marché légal. L’offre et la demande, après cette décision, vont désormais interagir dans la clandestinité. C’est un marché noir qui émerge. Avec toutes les conséquences néfastes qu’il implique.
 
Ma conclusion
Il ne s'agit pas
de faire rentrer l'armée dans la banlieu
et yen a qui en rêve
sans savoir
qu'ils seront les premiers emmerdés par cet état de siège ,
ni de légaliser un quelquonque stupéfiant
mais de faire un travail de POLICE .
C'est tout ce que demande Samia
en renvoyant notre BOBO à son "chichon" !
Pour Samia Ghali ...
J'espère seulement qu'elle va pas virer à la Rachida Dati ! 
 
Documentation complémentaire
 

LE C A N N A B I S

(étude faite en Belgique)

 

Des effets à long terme mal connus

 

Le cannabis est la drogue psychotrope illicite la plus consommée en Belgique. Le haschisch (résine) et la marijuana (feuilles séchées) en sont les produits dérivés.

La prise de cannabis crée un état relaxant et euphorisant. Elle permet aussi d’accroître certaines sensations visuelles et auditives et peut faciliter les contacts avec autrui pour les personnes inhibées. Par contre, elle altère la mémoire à court terme, favorise chez certains sujets l’apparition d’épisodes dépressifs aigus, voire paranoïaques et à forte dose peut être à l’origine de troubles du sommeil, de pertes d’appétit…

Si les spécialistes estiment en général qu'il n'y a pas ou peu de risque de dépendance physique, la dépendance psychique, est par contre reconnue par tous les auteurs sans équivoque. Elle est attribuée, comme pour toutes les drogues, aux effets liés à la consommation, du moins pour certains individus. Toutefois, les effets du cannabis étant nettement moins forts que ceux induits par les autres drogues, la dépendance psychique liée à ce produit est a priori bien moindre qu'avec les opiacés par exemple.

Le risque de dépendance pour une consommation occasionnelle est faible . Pour une consommation plus régulière, elle est fonction de la fréquence des prises, de la combinaison avec d'autres produits (médicaments, alcool) et des caractéristiques de chaque individu.

 
Mon commentaire
Je viens de comprendre ce que pensent les consommateurs de cannabis . En effet , dés qu'on leur parle de leur implication dans les problèmes liés au traffic de la drogue , ils comparent cela aux dégâts que fait l'alcool ! Comme il est vrai que le cannabis n'induit pas d'effet de violence , ça les déculpabilisent . Mais ça ne les gênent pas que cette violence s'exerce dans le traffic des stupéfiants . C'est très bourgeois ça ! Donc les fumeurs de cannabis sont moins violents et moins nombreux que les alcoolos . Mais au volant je crois bien que le résultat est le même (d'où la loi Marilou / Perben). Mais encore une fois , pour en revenir au début de cet article , dans les banlieux , il s'agit de circonscrire un débordement anormal de la criminalité qui virent à la collection d'armes de guerre . Les discussions "fumeuses" de salon passeront après . Quand au gentils ramolos de fumeurs de hakik , je les verrais très bien aussi dans le rôle des anti-chasse ou des anti-corrida ... baba-cool jusqu'au bout de tout quoi sous prétexte de non-violence ! Quand à fumer du cannabis ... C'est fumer du tabac ... Puisque se rouler un pétard c'est mélanger du cannabis dans une cigarette ! Et bien je peux vous dire que c'est dégueulasse pour un non-fumeur de tabac ! C'est même impossible tellement ça arrache les poumons . Alors le cannabis favorisent donc la consommation de tabac ... En plus !
Est-ce que cela veut dire que je suis pour la prohibition ... Eh bien non ... C'est mal me connaître . D'abord j'excécre la déviance criminelle résultant des pénalisations . 
 
Pour le chanvre il a été interdit aussi parce que ces fibres concurençaient les fibres artificielles . (A méditer ... Eh oui un détour de ces saletés de multinationales ?! )
 
Alors je verrai d'un bon oeil qu'on cultive son petit plan de marijuana au fond de son jardin ! Et pourquoi pas , dans les bureaux de tabac de l'état , la vente de graines de marijuana ou de paquet de cigarettes au hakik . Et puis on pourrait aussi déliver ça sur ordonnance ... Cependant , je crois que tout cela a déjà été tenté ne serait-ce en Hollande , pays pas toujours trop fiable pour sa législation dans certains domaines paraît-il !
Mais je compte bien approfondir le sujet ... Histoire de pas laisser libre cours au conformisme des discussions de salon . On peut même entrevoir de récapituler l'histoire de l'Opium , quand les capitalistalusiens favorisaient sa consommation en Chine pour d'obscures raisons d'expansionnisme ! (voir le film : La cannonière du Yangsé avec Steeve Mc Queen) . 
EN CONCLUSION 

Un danger physique, social et professionnel

extrait de l'article de

 

 Terra Fémina.com

 

 

Un danger physique, social et professionnel

 

Autant d’arguments qui ne suffisent pas à convaincre l’Académie de médecine. A chaque nouveau sursaut du débat, elle réitère ses avertissements concernant les « sévères conséquences sur le plan physique, psychique, professionnel et social » consécutives à la consommation de cannabis, notamment. Dans ses rapports successifs, l’organisme insiste sur les dangers d’une « banalisation » du produit, pointant du doigt « la perte de liberté que peut induire sa consommation, surtout lorsqu’elle est intensive et associée à celle de tabac, d’alcool et parfois d’autres drogues illicites ».
Par ailleurs, la potentielle légalisation des drogues pose le problème des nouvelles substances. En effet, les experts sont catégoriques : de nouvelles drogues font surface à un rythme régulier. En France, au cours des 12 derniers mois, pas moins de cinq produits ont été identifiés, dont trois classés comme stupéfiants. Pour les opposants à la légalisation, il ne fait aucun doute : une telle réforme entraînerait l’apparition de nouvelles substances sur le marché. Des drogues qu’il faudrait à leur tour légaliser ?

 

Pour recadrer Samia Ghalinette ,

une politicienne placée là because ses relations ...

Comme quoi, faut pas se fier à son physique !

 

 http://www.dailymotion.com/video/x12ltft_cobema-le-retour-ghalinette-et-les-municipales-2014_news  

 

Commentaires