L'histoire du monde par les mythes A TRAVERS MES REVES, DES IMAGES, DES MOTS, DES DOCUMENTS, DES PHOTOGRAPHIES... LES ARTICLES ET LES PAGES SONT MISES A JOUR ET AMELIORES REGULIEREMENT. JE VOUS INVITE A LES RELIRE

La Syrie visée par l'OTAN - prétexte à une invasion sur fond de mensonge médiatique ...

Lougris qui rêve

La Syrie visée par l'OTAN -

prétexte à une invasion sur fond de mensonge médiatique ...

 

vus sur

  Voltairenet.org     

 

deux extraits donnés comme introduction à cet article

 

La Russie et la Chine ont opposé leur veto

à un projet de résolution du Conseil de sécurité

ouvrant la voie à une intervention militaire internationale.

 

Extrait 1

 

Les responsables politiques de l’OTAN nous expliquent, désolés, que les Russes protègent leur base navale militaire de Tartous et que les Chinois feraient n’importe quoi pour racler quelques barils de pétrole. Devons-nous accepter l’idée manichéenne que Washington, Londres et Paris sont guidés par de bons sentiments tandis que Moscou et Pékin seraient essentiellement égoïstes et insensibles au martyre d’un peuple ? Comment ne pas remarquer que la Russie et la Chine ont bien moins d’intérêt à défendre la Syrie que les Occidentaux n’en ont à la détruire ?

 

Extrait 2

 

On pourrait croire que les imputations sur la prétendue répression et sur le nombre de victimes ont été soigneusement vérifiées. Pas du tout. Elles ne proviennent que d’une seule et même source : l’Observatoire syrien des Droits de l’homme, basé à Londres, dont les responsables requièrent l’anonymat. Que valent des accusations de cette gravité si elles ne sont pas recoupées et pourquoi des institutions comme le Haut-Commissariat des Droits de l’homme de l’ONU les reprennent-elles sans les vérifier ?

 

 

VOIR LA TOTALITE DE L'ARTICLE

sur

http://www.voltairenet.org/Mensonges-et-verites-sur-la-Syrie

*********************************************

Mon commentaire :

 

Ce matin en écoutant la radio ,

j'ai eu l'idée de vérifier si le Président Syrien est bien le tortionnaire

que nos médias vendus nous donnent en patûre .

Et voilà l'avis de Thierry Meyssan du réseau Voltaire .

L'Otan y est dénoncé comme une machine à broyer tout ce qui lui résiste ...

 

Sans aucun scrupule

Sans aucune morale

Sans aucune limite

Sans aucune vergogne

 

Se comportant comme un vol de sauterelle qui consomme tout avec gourmandise ...

 

La gourmandise étant un des sept péchés capitaux ...

 

Qui sont les tortionnaires du Monde ?

 

Autre Extrait qui nous invite à lire l'intégrale sur

http://www.voltairenet.org/Mensonges-et-verites-sur-la-Syrie

 Quatre mensonges de l’OTAN

- 1. Selon l’OTAN et ses alliés du Golfe, des manifestations de masse auraient lieu depuis huit mois en Syrie pour réclamer plus de libertés et le départ du président Bachar el-Assad.

C’est faux. Il y a bien eu, dans quelques villes des manifestations contre le président Bachar el-Assad à l’appel de prédicateurs saoudiens et égyptiens s’exprimant sur Al-Jazeera, mais elles n’ont rassemblé au total, au grand maximum, que 100 000 personnes. Elles ne réclamaient pas plus de libertés, mais l’instauration d’un régime islamique. Elles exigeaient le départ du président el-Assad, non pas à cause de sa politique, mais parce que ces manifestants se réclament d’un courant sectaire du sunnisme, le takfirisme, et accusent Bachar el-Assad d’être un hérétique (il est alaouite) usurpant le pouvoir dans un pays musulman qui, selon eux, ne peut être gouverné légitimement que par un sunnite de leur école théologique.

 

- 2. Selon l’OTAN et ses alliés du Golfe, le « régime » aurait répondu en dispersant les foules par des tirs à balles réelles, faisant au moins 3 500 morts depuis le début de l’année.

C’est faux. D’abord, il ne peut pas y avoir de répression de manifestations qui n’ont pas existé. Ensuite, dès le début des événements, les autorités ont compris que l’on cherchait à provoquer des affrontements confessionnels dans un pays où la laïcité est la colonne vertébrale de l’État depuis le VIIIe siècle. Le président Bachar el-Assad a donc interdit aux forces de sécurité, polices et armée, de faire usage d’armes à feu dans toute circonstance où des civils pourraient être blessés. Il s’agit d’empêcher que des blessés, voire des morts, de telle ou telle confession, soient instrumentés pour justifier une guerre de religion. Cette interdiction est respectée par les forces de sécurité au péril de leur vie, comme nous le verrons plus loin. Quant aux morts, ils sont moitié moins nombreux. La plupart ne sont pas des civils, mais des soldats et des policiers, ainsi que j’ai pu le constater en visitant des hôpitaux et morgues civils et militaires.

 

- 3. Après que nous ayons réussi à briser le mur du silence et à obtenir que de grands médias occidentaux rapportent la présence en Syrie d’escadrons de la mort venus de l’étranger, tendant des embuscades contre l’armée, et assassinant des civils au cœur des villes, l’OTAN et ses alliés du Golfe ont communiqué sur la présence d’une armée de déserteurs. Selon eux, des militaires (mais pas de policiers) qui auraient reçu l’ordre de tirer sur la foule se seraient rebellés. Ils auraient pris le maquis et constitué l’Armée syrienne libre, déjà forte de 1 500 hommes.

C’est faux. Les déserteurs ne sont que quelques dizaines, ayant fui en Turquie où ils sont encadrés par un officier du clan Rifaat el-Assad/Abdel Hakim Khaddam publiquement lié à la CIA. Il y a par contre de plus en plus d’insoumis, de jeunes gens qui refusent de faire leur service militaire, souvent plus sous la pression de leur famille que par décision personnelle. En effet, les militaires qui se trouvent pris dans une embuscade n’ont pas le droit de faire usage de leurs armes à feu pour se défendre si des civils se trouvent sur les lieux. Ils doivent donc faire le sacrifice de leur vie s’ils ne parviennent pas à fuir.

 

- 4. Selon l’OTAN et ses alliés du Golfe, le cycle révolution/répression aurait laissé la place à un début de « guerre civile ». 1,5 million de Syriens, pris au piège, souffriraient de la faim. Il conviendrait donc d’organiser des « couloirs humanitaires » pour acheminer une aide alimentaire et permettre aux civils qui le souhaitent de fuir les zones de combat.

C’est faux. Au regard du nombre et de la cruauté des attaques par les escadrons de la mort venus de l’étranger, les déplacements de population sont peu nombreux. La Syrie est autosuffisante en matière agricole et la production n’a pas baissé de manière significative. Par contre, la plupart des embuscades ayant lieu sur les grands axes routiers, ceux-ci sont fréquemment interrompus. En outre, lorsque des attaques ont lieu au centre des villes, les commerçants ferment immédiatement leurs boutiques. Il en résulte de graves problèmes de distribution, y compris en matière d’alimentation. Le fond du problème est ailleurs : les sanctions économiques ont provoqué un désastre. Alors que la Syrie avait au cours de la décennie une croissance de l’ordre de 5 % par an, elle ne peut plus vendre ses hydrocarbures en Europe occidentale tandis que son industrie touristique est sinistrée. Beaucoup de gens ont perdu leur emploi et leurs revenus. Ils font des économies sur tout. Le gouvernement les prend en charge et procède à des distributions gratuites de mazout (pour le chauffage) et de nourriture. Dans ces conditions, il conviendrait plutôt de dire que si le gouvernement el-Assad n’intervenait pas, 1,5 million de Syriens souffriraient de malnutrition du fait des sanctions occidentales.

En définitive, alors que nous n’en sommes au stade que de la guerre non conventionnelle,

 

avec l’envoi de mercenaires et de forces spéciales

pour déstabiliser le pays,

 

Remarque :

ça ne vous rappelle pas le film

AVATAR ?

 

la narration par l’OTAN et ses alliés du Golfe s’est déjà considérablement éloignée de la réalité. Ce fossé va se creuser de plus en plus.

Pour ce qui vous concerne, ami lecteur, vous n’avez aucune raison de me croire plus que l’OTAN, n’étant pas vous-même sur place. Vous avez cependant plusieurs éléments qui devraient vous mettre la puce à l’oreille.

 

JPEG - 25.7 ko

 

 

Bernard-Henry Lévy, qui se flatte d’avoir embarqué la France

dans la guerre de Libye dans l’intérêt d’Israël,

annonce dans « Le Parisien »

qu’il a une liste de cibles.

 

Notre cher "plumiste" aligné BHL ...

 

____________________________________________

 

 

 La suite pour comprendre les manips de l'Otan .

 

 

JPEG - 28 ko

http://www.voltairenet.org/Mensonges-et-verites-sur-la-Syrie 

 

Formé à Paris sous l’égide de la France,

le Conseil national syrien entend renverser le régime du président Bachar el-Assad.

Il est présidé par Burhan Ghalioun,

professeur de sociologie à l’université de la Sorbonne

(ici avec Alain Juppé, le 23 novembre 2011).

 

___________________________________________________________

 

MON COMMENTAIRE

ILS ONT PREVU LA TRANSITION

MAIS EN LISANT L'ARTICLE DE THIERRY MEYSSAN

ON SAISI LE ALEAS ET LES DANGERS
D'UNE TELLE IMPLICATION AU SOUTIEN A L'OTAN ...

 

_____________________________________________________________

 

 

Vu sur

 

http://www.alterinfo.net/notes/Syrie-Burhan-Ghalioun-enleve-son-masque_b3512961.html

http://en.wikipedia.org/wiki/Burhan_Ghalioun

 

Syrie: Burhan Ghalioun enlève son masque  06/12/2011

 

http://www.alterinfo.net/notes/Syrie-Burhan-Ghalioun-enleve-son-masque_b3512961.html

 

 

Le masque est tombé ! Le président du Conseil national syrien d’Istanbul, Burhan Ghalioun, a révélé le fond de sa pensée et la vraie mission qui lui est confiée : celle de déconnecter la Syrie de ses alliances régionales actuelles et de l’ancrer solidement au camp états-unien… sans contrepartie aucune.
Le chef de l’opposition syrienne, désigné par la Turquie et la CIA, a énuméré ses priorités au cas où il accèderait au pouvoir (il vend la peau de l’ours avant de l’avoir tué !). L’instauration de la démocratie et de la liberté ne semblent pas en faire partie. M. Ghalioun a déclaré dans une interview au Wall Street Journal qu’il romprait les liens militaires avec l’Iran et cesserait d’approvisionner le Hezbollah et le Hamas [1]. Selon lui, ces étapes s’inscrivent dans le cadre de l’orientation de la Syrie vers le retour à la coalition avec de grandes forces arabes dans la région.
Grand patriote, le chef du conseil d’Istanbul a exhorté la « communauté internationale » à prendre de nouvelles dispositions contre son pays, y compris la possibilité d’instauration d’une zone d’exclusion aérienne. Une telle option s’était soldée en Libye par l’intervention de l’Otan et l’exacerbation de la guerre civile qui a fait des dizaines de milliers de morts en quelques mois seulement.
M. Ghalioun a annoncé que la Syrie abandonnerait la voie militaire pour récupérer le Golan occupé par Israël depuis 1967, et opterait uniquement pour les négociations.
Le chef de l’opposition syrienne présente ainsi ses lettres de créances aux États-Unis et à Israël et satisfait les principales exigences de ces deux pays sans contrepartie.
Deux semaines après la chute de Bagdad en mai 2003, alors que 300 000 GI’s étaient stationnés à la frontière irako-syrienne, l’ancien secrétaire d’État Colin Powell avait débarqué à Damas avec une liste de 11 diktats, résumant ce que M. Ghalioun s’est dit prêt à accepter. Le président Bachar al-Assad avait refusé les ultimatums et choisi la voie de la confrontation. Il a appuyé la résistance irakienne et le Hezbollah, au lieu de signer la reddition comme le lui commandait M. Powell.
C’est là que réside toute la différence entre Bachar al-Assad et ses détracteurs.

Pierre Khalaf
http://www.voltairenet.org/Burhan-Ghalioun-enleve-son-masque
 
 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commentaires