L'histoire du monde par les mythes A TRAVERS MES REVES, DES IMAGES, DES MOTS, DES DOCUMENTS, DES PHOTOGRAPHIES... LES ARTICLES ET LES PAGES SONT MISES A JOUR ET AMELIORES REGULIEREMENT. JE VOUS INVITE A LES RELIRE

La Guerre cybernétique - Internet et la Russie

Lougris qui rêve

 article en construction

 

 

La Guerre cybernétique - Internet et la Russie

 


 

YANDEX

moteur de recherche Russe basé à Moscou

et concurrent des moteur de recherche occidentaux

 

http://www.yandex.com/?ncrnd=4532

 


 

Un article très complet trouvé sur un site dont je ne saurais dire l'origine.

On y parle de la guerre que se livrent les hackers sur Internet.

Cet affrontement est de prime abord rassurant

 quand on considère que la Russie reste un contre-pouvoir de l'Amérique méssianique.

On y retrouve le rôle de la propagande hollywodienne

pour promouvoir l'Américan Way of life.

On y retrouve encore le rôle des intellos occidentaux

et revoilà notre Bernard Henri Lévy,

pour véhiculer des mensonges pro-américains (je cite).

On y apprend l'origine de Twitter et de Facebook

et leur rôle dans la propagande occidentale pro-américaine.

On apprend que Google a du mal à s'implanter en Russie.

On redécouvre les fondements de l'Islamisme

soutenu par les Américains et décrié par les mêmes ensuite.

A ce sujet on découvre que les sunnistes ont soutenu l'occident contre le chiites.

 

 

digression...

J'aime l'Amérique

mais pas quand elle m'interdit de manger des fromages au lait cru.

A ce sujet il serait bon de rappeler

que Lanquetot et Le Petit ne font plus de fromages au lait cru.

Ils ont trahi un savoir faire français

pour satisfaire cette sale manie de la législation américaine d'édulcorer le vivant.

Comme Mac Do qui irradie paraît-t-il ses produits alimentaires.

Comme si le corps humains dans sa version non polluée

 n'était pas capable de se défendre des aggresssions.

Mais comme la France n'existe plus !

 

 

 

En d'autres termes :

Tout ce qui permet un équilibre des pouvoirs a ma faveur.

 

 

cersipanam-01.JPG

 

 

http://cersipamantromanesc.wordpress.com/2010/09/26/2007-2010razboi-cibernetic-pe-ruta-talinn-%E2%80%93-tsinvali-chisinau-%E2%80%93-teheranla-russie-au-coeur-du-cyber-conflit/

 

 

Voici un condensé composé d'extraits copiés dans cet article.

 

... 

Le président Russe, Dimitri Anatolievitch à toujours affirmé et mis en avant son attrait pour les nouvelles technologies, internet en tête. Ayant son propre blog depuis 2008 (duquel il communique avec des dizaines de milliers de Blogueurs), son propre compte Twitter (depuis sa visite de juin 2010 à la silicon-vallée), le président Russe est bien en phase avec une population très net-orientée.
La spécialiste Marie Mendras affirmait récemment que « internet en Russie est relativement libre » et constitue un réel contre-pouvoir, par ailleurs parfois très critique des autorités.  Cette course en avant que le président Russe impose en permanence a son pays n’est pas du tout un hasard, elle est une des variantes du système de défense globale qu’un pays comme la Russie se soit de posséder, afin de pouvoir faire face à d’éventuelles agressions ou être entendu sur la Cyber-scène mondiale, mais également pouvoir se défendre en cas de cyber-attaque.Occident, Monde, Russie – Bataille sur les grands écrans.

  ...

Dès la première guerre mondiale, alors que l’Amérique qui a pris militairement la maitrise des mers (à l’angleterre) s’apprête à prendre militairement la maitrise des terres (continent), certains stratèges comprennent bien qu’un Hollywood devient une arme essentielle pour promouvoir le pouvoir politique des États-Unis comme première puissance mondiale à travers le monde, en vendant « l’american way of life » et en désignant des ennemis mi-imaginaires, mi réels.

  ...

Cette bataille du cinéma, lancée par l’Amérique a rapidement trouvé réponse en Russie, avec la prise de pouvoir de Vladimir Poutine (1999), qui a insufflé au cinéma Russe le répondant nécessaire. L’accession de Nikita Mikhalkov au statut de président de la société Russe de cinématographie (2000) est une des cartes maitresses de ce renouveau national et cinématographique.

  ...

Entre l’effondrement de l’URSS et la décennie Eltsine, la Russie s’est forgée une image terriblement négative à l’étranger. Implosion de l’état, émergence des mafias, guerres dans le Caucase, explosion des inégalités sociales et de la pauvreté, effondrement démographique (depuis maitrisé) ont contribué à dresser un portrait très « noir » de ce grand pays.Le premier quinquennat de Vladimir Poutine (2000-2004) lui permettra de restaurer l’état et son image à l’intérieur de ses frontières. La Russie prend dès lors conscience de la nécessaire correction de l’’image qu’elle véhicule, et qui lui est faite de l’étranger.

  ...

En décembre 2005,  l’agence de presse gouvernementale russe RIA Novosti lançait sa chaîne anglophone destinée à devenir une sorte de CNN russe.  Dotée d’un budget conséquent, Russia Today est un projet personnel du Président Poutine. Le but avoué de cette chaîne, où travaillent plus de 500 personnes, est d’améliorer l’image de la Russie, souvent caricaturée dans les médias occidentaux. Elle émet tout d’abord en anglais, puis en arabe à partir de 2007 et en espagnol depuis décembre 2009.

  ...

Internet et les Cyber-médias sont devenus un théâtre d’opération soumis à une guerre totale de l’image et de la communication. En 2008, l’armée Géorgienne attaque militairement les zones séparatistes d’Ossétie et d’Abkhazie, ouvrant le feu sur des populations civiles et des casques bleus Russes sous mandat de l’ONU. Cette attaque militaire est lancée en parallèle d’une immense campagne de communication Russophobe, destinée à présenter la Russie comme l’agresseur.  Il faudra des efforts surhumains de communication à une coalition hétéroclite de spécialistes, de médias militants et même de simples bloggeurs très actifs pour qu’une autre vision soit « un peu » entendue dans le flux médiatique des « médias conventionnels » (mainstream). Seul le quotidien Allemand « Der Spiegel » avait dès la fin du mois d’août écrit que les responsabilités étaient du côté de l’état Géorgien. Pourtant pour beaucoup, l’agression a été préparée et structurée de longue date, dans le but de déstabiliser la Russie. Il faudra attendre 18 mois pour que le rapport Heidi de l’Union Européenne affirme que : «  c’est bien la Géorgie qui a déclenché la guerre dans la nuit du 7 au 8 août 2008 « . Pour autant le mal est fait : pour une grosse partie de l’opinion publique, la Russie est l’agresseur, et la petite Géorgie la victime.

  ...

De fausses zones seront photographiés,  des mises en scène grotesques (les planches sont encore sur Reuters ici et la), de faux témoignages comme celui de Bernard Henri Lévy publié dans les principaux journaux Francais… La manipulation des images et la pression pour attribuer les responsabilités à la Russie sera telle que de nombreux médias continuent 2 ans après les évènements d’accuser la Russie d’avoir déclenché les hostilités.  Une synthèse intéressante de ces médias mensonges peut être trouvée sur l’excellent site Vivre en Russie 1fr1.

  ...

Ce n’est pas la première fois que la Russie fait parler les lignes de codes an lieu de la poudre à canon. Lorsqu’en avril 2007 les autorités Estoniennes décidèrent de déplacer le « soldat de bronze« , de violents affrontements de rue éclatèrent entre patriotes Estoniens et Russes, puis l’Estonie sera soumise à une réelle attaque informatique de très haute intensité, que beaucoup de commentateurs ont attribué à des groupes de « Hackers Patriotes Russes ». Le niveau de cette attaque paralysera même provisoirement l’internet Estonien.
Un an après la guerre en Géorgie, une attaque informatique massive perturbe Twitter, Facebook et Live-Journal, attaque qui sera attribuée à la Russie pour les « un an » de la guerre, puisque un Blogger était visiblement visé, et que des messages favorables à l’indépendance de l’Abkhazie étaient lisibles via l’attaque. Néanmoins, comme le précise le spécialiste en nouvelles technologies Yannick Harrel : «  tracer l’origine exacte d’une cyber-attaque est quasi-impossible pour peu que l’auteur est agi avec un minimum de professionnalisme« .

  ...

En Iran l’Amérique est intervenue de façon assez claire puisque l’un des conseillers du nouveau département d’état,  Jared Cohen a organisé un sommet Alliance of Youth Movements à New York – sponsorisé par Facebook et HowCast, appuyé par la Voix de l’Amérique et l’Electronic Frontier Foundation – afin d’assister les jeunes activistes d’Amérique latine, d’Afrique, du Moyen-Orient et d’Asie dans leur usage des médias sociaux. Ce sommet aboutit à la création d’une plate-forme en ligne dédiée au cyberactivisme et à la cyberdissidence… Au nez et à la barbe de la répression gouvernementale grâce à un tutorial vidéo anti-censure disponible en page d’accueil. Au matin du 15 juin 2009, Jared Cohen émit par téléphone et par e-mail une requête apparemment anodine auprès de Jack Dorsey, co-fondateur de Twitter : retarder la prochaine opération de maintenance et mise à jour de la fameuse plate-forme de microblogging afin que les contestataires iraniens « twittent » sans interruption. Dorsey accepta sans rechigner et reporta cette opération de deux jours*.Charles Bwele a parfaitement résumé la situation :  En arrière-plan, l’administration Obama intègre peu à peu la cyberstratégie dans sa politique étrangère.
La Russie, au coeur du cyber-conflit.

  ...

Dès la fin des années 90, la Russie devient le centre des « hackers » et autres voyouseries du net. Méfaits internets, vols par cyber-effractions, Hacking violents, pirates de l’est … Ces termes ont collé à l’image de la Russie durant une décennie, autant que le mot Vodka ou grandes blondes. Depuis 2000 les délits informatiques sont en augmentation constante : 3000 en 2001, 6000 en 2002, 12000 en 2003, 15000 en 2004 .. En 2008, 8000 poursuites ont été engagées. Cette année (2010) le représentant de la Russie à l’ONU a appelé à la création d’une convention internationale pour la lutte contre le cyber crime sous égide de l’ONU.

  ...

La Russie a notamment lancé en 2000 (en commun avec la BiéloRussie) le projet SKIF, soit la création d’un supercalculateur capable de traiter de 0,5 à 5 pétaflops. 1 Téraflop c’est à dire mille millards d’opérations en virgule flottante. Soit 166 666 fois plus d’opérations que tous les êtres humains de la Terre réunis capables de trouver le résultat de l’opération sans dépasser une seconde de réflexion. Le projet SKIF / ???? a été décidé pour doter les centres de recherche civils et militaires de superordinateurs capable de concurrencer puis dépasser à terme leurs homologues occidentaux qui viennent cependant avec l’IBM Roadrunner de dépasser le pétaflop (1 million de milliards d’opérations en virgule flottante par seconde) l’an dernier. Les autorités Russes comme Biélorusses conscientes de leur distanciation dans le domaine de l’informatique saisirent rapidement toute l’importance d’une autonomie dans ce domaine : la disposition d’un réel réservoir d’ingénieurs de qualité, fruit de la tradition d’enseignement scientifique soviétique, facilita la mise en route du projet qui nécessita ensuite coordination et injection de fonds par les deux Etats.
Cette cyber-agitation croît donc au rythme de développement tentaculaire des réseaux sociaux qui sont doucement en train de devenir des « points cardinaux » de l’information et de la communication des états. Comme l’a écrit Y.Harrel : « la Cyber-génération prendra le pouvoir« .  Il a fallu 38 années à la radio pour atteindre une audience de cinquante millions d’auditeurs, la téléphonie mobile a conquis plus de 3 milliards d’abonnés en 15 ans et les réseaux sociaux (Facebook, MySpace, LinkedIn, etc) ont engrangé plus de 350 millions d’inscrits en quatre ans. En 2008, plus de 43 milliards de SMS furent échangés.  En 2012, plus de cinq milliards d’individus disposeront d’un téléphone mobile, même les plus démunis auront accès à cette technologie grâce à l’incontournable bienveillance de la microfinance en matières d’information et de communication*.

  ...

Un dernier mot, en 2011, les Russes entendent créer leur « propre » système d’exploitation informatique, qui devrait être fonctionnel dès 2013.
Le Kremlin à la pointe de la Cyber-communication
Les autorités Russes l’ont bien compris, la cyber-présence sur le net est essentielle pour entrer dans le 21ième siècle.  Le blog du président Russe (ouvert sur la plateforme Live Journal qui est plus populaire en Russie que Twitter aux Etats-Unis) étant l’un des plus lus du pays.

  ...

Encore plus fort, dans un pays ou Google ne perce toujours pas (à la traine derrière son concurrent Russe, Yandex), l’état Russe à proposé de développer un moteur de recherche qui bannirait tout simplement l’accès à des informations jugés « inopportunes« , par exemple les liens ou informations touchant à la pornographie, la drogue ou le terrorisme.

  ...

L’armée israélienne intervient également sur l’un des espaces les plus populaires, le site de vidéo-partage YouTube, y téléchargeant régulièrement des clips, dénoncés comme des mensonges par les organisations israéliennes de défense des droits de l’homme.

  ...

Cette cyber brigade pro Israélienne à sa branche Francaise,  qui a pour missions de veiller et combattre les informations antisémites, négationnistes et mensongères (illégales) à propos d’Israël et du Peuple Juif sur Internet. Cette Force affirme s’être donné comme mission d’éliminer toutes les informations odieuses (articles, vidéos, groupes,…) sur ce qui est devenu le premier vecteur de propagande : Internet.En France toujours, la conférence annuelle SSTIC de juin 2010 a été ouverte par le directeur technique de la DGSE qui a affirmé cherché à recruter des hackers. Une grande partie des dépenses de budget de personnel de cette année (31 millions d’euros pour 145 postes) devrait en effet bénéficier à ce service technique. Celui ci a rappelé à l’auditoire que « en cas d’attaque, le meilleur moyen de se défendre est de tuer numériquement l’adversaire ».

  ...

Le projet Ethnogénèse, une gigantesque saga de science-fiction russe développée par le Kremlin directement et qui se veut lancer la mode de la culture russe via Internet, tout en exaltant la grandeur de la Russie. Ethnogenèse devrait prochainement être traduit en anglais, en chinois et en espagnol, afin de lancer ces « héros russes parfaits » à l’assaut du monde que le Kremlin juge « important » : le monde Anglo-saxon, l’Amérique du sud et l’Asie. On ne peut que déplorer l’absence de version Francaise.

 

 

SURPRISE DU NET

Sans le vouloir je me suis retrouvé sur le site suivant!

C'est très intéressant également.

http://www.juif.org/fdii/

 

 

 

 

 

 

Commentaires