L'histoire du monde par les mythes A TRAVERS MES REVES, DES IMAGES, DES MOTS, DES DOCUMENTS, DES PHOTOGRAPHIES... LES ARTICLES ET LES PAGES SONT MISES A JOUR ET AMELIORES REGULIEREMENT. JE VOUS INVITE A LES RELIRE

L'agro-écologie surpasse l'agriculture industrielle

Lougris qui rêve

 

 

Après une succession d'article "noirs", je vous propose un rayon de soleil.

De l'obtimisme à pleins poumons, proposé par une amie écolo-baba-cool.

Comme si le MACHIN comme disait de Gaulle,

en citant l'ONU, 

ne faisait pas partie de la conspiration libérale mondialiste!

 

Mais bon, je cite.

Mais à mon avis c'est de la poudre aux yeux!

Je parle des initiatives pour faire durable en Europe et surtout en France

quand on sait à quel point notre pays,

est un vassal de l'agriculture libérale.

Avec à peine 3% de sufaces agricoles dédiées au Bio!

 

Car ce document cite des organisations paysannes ( voir : Via Campesina, Alter-écho, UNORCA)

qui se  battent courageusement dans le monde et qui ont compris l'impérieuse nécessité

de porter leur lutte sur le niveau international

pour contrer l'élite néo-libérale.

 

 De l'information sans information?

Un écran de fumée?

 

Car l'ONU est encore une organisation SUPRANATIONALE qui déroge à toute démocratie.

Et puis demain, notre pays, enfin ce qu'il en reste, reçoit le G20 avec un cordon de police digne des plus mauvais scénarios de vraie science-fiction, où les manifestants anti-libéraux seront maintenus à l'écart faute d'y d'avoir une tribune.

 

Croyez bien que je vais chercher l'envers du décor, comme d'hab!

 

   

Communiqué de presse

22 juin 2010

 

« Pour nourrir le monde, 

l’agro-écologie surpasse l’agriculture industrielle

à grande échelle »,

 

 

déclare le rapporteur de l’ONU

 

Soutenu par 25 experts mondiaux en agro-écologie, le Rapporteur de l’ONU a appelé la communauté internationale à repenser les politiques agricoles actuelles et à s’appuyer sur l’énorme potentiel qu’offre l’agro-écologie. « Il y a un an, les chefs d’Etat réunis au G20 de L’Aquila se sont engagés à mobiliser 22 milliards de dollars en trois ans pour améliorer la sécurité alimentaire mondiale. Il s’agissait là d’une bonne nouvelle. Toutefois, dans le réinvestissement agricole, la question la plus urgente porte moins sur les montants que sur l’approche adoptée », analyse Olivier De Schutter.

«Pour accroître la production alimentaire, les efforts se concentrent actuellement sur les investissements à grande échelle – y compris dans l’acquisition de terres à grande échelle – et sur des modèles agricoles de type ‘Révolution Verte’ : semences améliorées, fertilisants chimiques et recours aux machines. Peu d’attention a été accordée aux méthodes agroécologiques qui ont pourtant prouvé leur capacité à accroître la production et à améliorer les revenus des paysans tout en protégeant les sols, l’eau et le climat », constate l’expert de l’ONU. La plus vaste étude jamais réalisée sur les approches agro-écologiques (Jules Pretty, Université d’Essex, R.-U.) s’est penchée sur 286 projets menés dans 57 pays en développement. Couvrant une surface totale de 37 millions d’hectares, elle démontre que le gain de rendement moyen des récoltes s’élève à 79% en recourant à ces approches écologiques. Celles-ci ont donné quantité de résultats positifs, notamment en Afrique. « En Tanzanie, les provinces occidentales de Shinyanga et Tabora étaient autretrefois appelées le ‘Désert de la Tanzanie’ », explique Olivier De Schutter. « Mais le recours aux techniques d’agroforesterie et la participation paysanne ont permis de réhabiliter 350.000 hectares de terres en à peine 20 ans. Les bénéfices par ménage ont augmenté de 500 USD par an. Des techniques similaires sont utilisées au Malawi. En 2005, près de 100.000 petits producteurs y ont bénéficié du recours à des arbres fertilisants. » « Avec plus d’un milliard de personnes affamées sur terre, et face au défi climatique en cours, nous devons rapidement développer ces techniques agricoles durables », poursuit De Schutter. « Même si cela rend la tâche plus complexe, nous devons trouver le moyen de répondre en même temps à la faim, au changement climatique et à l’épuisement des ressources naturelles. Si nous ne le faisons pas, tous les efforts resteront vains. » Les experts réunis à Bruxelles ont identifié des politiques publiques à même de nourrir la planète en 2050 par le développement d’approches agro-écologiques. Leurs travaux se sont basés sur les expériences de pays ayant mis en place de telles politiques – comme le Brésil ou Cuba – ainsi que sur les activités menées par des centres de recherche internationaux (comme le Centre Mondial d’Agroforesterie de Naïrobi) ou par La Via Campesina, mouvement paysan international actif dans la mise en place de programmes axés sur l’agroécologie. « Nous pouvons développer ces modèles d’agriculture durable et nous assurer qu’ils amélioreront le sort des paysans les plus pauvres », affirme le Rapporteur de l’ONU. « Tout ce qu’il faut pour cela, c’est la volonté politique. C’est elle qui permettra de faire passer ces projets pilotes au stade de politiques nationales. » Concluant son intervention, Olivier De Schutter a annoncé qu’il allait demander au Comité de la Sécurité Alimentaire Mondiale de travailler, durant sa session d’octobre, sur le développement des approches agro-écologiques. « C’est là la meilleure option que nous ayons aujourd’hui. Nous ne pouvons plus nous permettre de l’ignorer. »

 

VOIR MON COMMENTAIRE EN BAS DE L'ARTICLE

 

FIN

 

Notes aux journalistes

 

 Le séminaire international « La contribution des approches agro-écologiques dans la réponse aux besoins alimentaires mondiaux » s'est tenu à Bruxelles les 21 et 22 juin 2010. Organisé sous les auspices du mandat du Rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation, Olivier De Schutter, ce séminaire a réuni des experts en agroécologie, des décideurs nationaux et internationaux, ainsi que des représentants des organisations paysannes.

 

Les approches agro-écologiques incluent l'agroforesterie (arbres et cultures sur les mêmes parcelles de terre), le contrôle biologique (lutte contre les maladies et les indésirables par des prédateurs naturels), le stockage naturel de l'eau, les cultures intercalaires, l’utilisation de fumier biologique ou encore le mélange culture-bétail. Toutes ces techniques ont pour caractéristique commune le faible recours aux intrants externes.

 

Selon un rapport du PNUE, l’adoption à grande échelle des techniques agricoles qui réduisent les émissions de carbone permettrait à l’agriculture mondiale d’être quasiment neutre en carbone d’ici 2030 tout en produisant suffisamment de nourriture pour les 9 milliards d’habitants attendus d'ici 2050.

 

Dennis Garrity, directeur du Centre Mondial d'Agroforesterie (Nairobi), a évalué en juillet 2009 qu’une mise en oeuvre globale des méthodes d'agroforesterie pourrait se traduire par l’élimination de 50 milliards tonnes de dioxyde de carbone dans l'atmosphère – soit environ un tiers des objectifs mondiaux de réduction de carbone.

 

L'agriculture moderne contribue très largement aux émissions de gaz à effet de serre. Elle compte actuellement pour 14% des émissions annuelles totales ; les changements dans l’utilisation des terres – y compris la déforestation pour l’expansion agricole – contribuent quant à eux à 19 % supplémentaires. Parmi les émissions agricoles directes, les engrais représentent 38% et le bétail de 31%. Selon le Groupe d'experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), les rendements de l'agriculture pluviale en Afrique australe pourraient diminuer de moitié entre 2000 et 2020, et 60 à 90 millions d'hectares supplémentaires de zones arides et semi-arides pourraient y voir le jour avant 2080.

 

Pour plus d’informations sur le travail du Rapporteur spécial, visitez

www2.ohchr.org/english/issues/food/index.htm

 

 Contacts presse

 - Olivier De Schutter (Tél. +32.488.482004)

- Beatrice Quadranti (Tél: +41 22 917 9615) ou Elaine Ryan (Tél: +41 22 917 9697)

- Envoyez un courriel à

 

srfood@ohchr.org

.

Olivier De Schutter a été nommé Rapporteur Spécial sur le droit à l’alimentation en mai

2008 par le Conseil des droits de l’homme des Nations Unies. Il est indépendant de tout

gouvernement et de toute organisation.

   


 

 

MON COMMENTAIRE

 

Eh bien je retiens la phrase écrite en rouge:

 

 

"C’est là la meilleure option que nous ayons aujourd’hui.

Nous ne pouvons plus nous permettre de l’ignorer."

 

 

Et c'est bien ce que je disais. De la poudre aux yeux, du merveilleux, du rêve à l'état pur. Bien sûr que c'est souhaitable et possible. Mais les vrais décideurs, c'est à dire les industriels du libéral-totalitarisme ne le veulent pas. Polluer leur apporte le pouvoir comme je le montre dans mon article précédent. Allez c'était une belle intention! Mais c'est oublier la réalité: la prise du pouvoir par la conspiration politico industrielle issu de club Bilderberg.

 

Ma dernière remarque au sujet de l'ONU.

 

Pour sa défense je dis que l'ONU est une tribune. Même si certains la quitte quelquefois pour manifester leur désaccord face à un interlocuteur qui les indexe. C'est un lieu de parole, même si ce Machin n'a pas un pouvoir coercitif. C'est la liberté de parole qui y est représentée. C'est sans doute pour cela que ce Machin existe encore. On y laisse parler des orateurs qui ne sont pas fréquentables aux yeux des autres participants. Peu importe, les uns parlent et les autres s'offusquent. ca s'appelle la liberté d'expression. Et que les participants en fixe les limites eux-mêmes!

 

 

le carbone

 

"Selon un rapport du PNUE, l’adoption à grande échelle des techniques agricoles qui réduisent les émissions de carbone permettrait à l’agriculture mondiale d’être quasiment neutre en carbone d’ici 2030 tout en produisant suffisamment de nourriture pour les 9 milliards d’habitants attendus d'ici 2050."

 

Quand au carbone, je vous rappelle encore à la réalité la déroute du grenelle de l'environnement, quand notre Omniprésident au service du libéralisme totalitaire le plus débridé, après avoir fleurté avec la mouvence écolo pour récupérer des bulletins de vote, s'est vite retiré de cette affaire.

En effet, ses camarades pollueurs qui avaient fait une bourse du carbone où s'exerçait le droit de polluer, allaient devoir payer ! Et nous avons bien cru un instant que ça allait changer! Oh, les cons! Mort de Rire...  

 

Cuba

 

"Leurs travaux se sont basés sur les expériences de pays ayant mis en place de telles politiques – comme le Brésil ou Cuba."

 

Pour Cuba c'est une autre affaire. Bien que ce soit un des pays les plus écolos de la planète, il faut voir la vie que lui même le pouvoir américain qui n'a jamais digéré de se faire jeter dehors par Fidel Castro. Alors, que le maîtres du monde accepte de prendre Cuba comme modèle! Là faut pas rêver.

 

CONCLUSION

 

 

"Pour accroître la production alimentaire, les efforts se concentrent actuellement sur les investissements à grande échelle – y compris dans l’acquisition de terres à grande échelle – et sur des modèles agricoles de type ‘Révolution Verte’ : semences améliorées, fertilisants chimiques et recours aux machines. Peu d’attention a été accordée aux méthodes agroécologiques qui ont pourtant prouvé leur capacité à accroître la production et à améliorer les revenus des paysans tout en protégeant les sols, l’eau et le climat », constate l’expert de l’ONU."

 

Ben voyons, les maîtres du monde doivent "polluer pour en croquer". Pour bien comprendre, allez voir mon article "La destruction de la nature est programmée" et tous les articles et les liens de ce blog qui s'y rapportent. Et si vous voulez que ça change sachez qu'ils ne lâcheront pas leur os facilement. Faudra y aller de notre à propos et de notre courage. D'abord en contournant l'écran de fumée que la conspiration néo-libérale totalitaire nous offre tous les jours dans leur média. Tout est sur Internet, le dernier espace de totale liberté. Mais pas pour longtemps si cette méchante élite prend le pouvoir total. Et ils en sont tout proche! Et sachez que cette fois-ci la technologie qu'ils possèdent leur permettra de nous asservir comme dans les films de "science-pas-fiction".

 

 

voir la stratégie du contrôle sur le lien suivant

ww.syti.net/Organisations/Illuminati.html

 

remarques avant d'ouvrir ce lien :

 

dans la page où vous arrivez, allez tout en bas et cliquez sur le globe terrestre qui tourne. Puis consultez les rubriques qui suivent le cartouche "STRATEGIE DU CONTROLE"

 

les rubriques :

 

1- télévision, l'info sans info

2- une liberté sous surveillance électronique

3- armée silencieue pour guerre tranquille

4- les projets des maîtres du monde

5- implants, vers un contrôle social bionique

6- l'idéologie des maîtres du monde

 

Et maintenant attachez vos ceintures!

 

 

 

Commentaires

Heissat 30/03/2011 23:10


Yep
Bon j'ai bien lu l'article et les commentaires sympas laissés.
Je voudrais mettre un holé même si la réalité est bien là... Je pense que même si le temps est long les démarches et les sensibilisation sont bien présentes, il ne fauit pas oublier toutes cette
mobilisation qui plaidoye l'intérêt d'un développement durable et éthique.
Ou des gens comme toi et bien d'autres, font la démarche que tu fais, où la conscience de notre chance à avoir accés à l'informations et surtout de pouvoir la recoupé et travailler sur une analyse
critique.
Continuer dans cechemin ne veux pas dire que ces vains justement continuons à être gueulard et plaidons !!!!!!!!!