L'histoire du monde par les mythes A TRAVERS MES REVES, DES IMAGES, DES MOTS, DES DOCUMENTS, DES PHOTOGRAPHIES... LES ARTICLES ET LES PAGES SONT MISES A JOUR ET AMELIORES REGULIEREMENT. JE VOUS INVITE A LES RELIRE

Faibles doses et Effet cocktail – des découvertes inquiétantes

Lougris qui rêve

 

Faibles doses et Effet cocktail – des découvertes inquiétantes

 

Un article recopié sur le livre

de

Claude Aubert et Blaise Leclerc

BIO -  RAISONNE -  OGM

édition Terre Vivante

 

  Terre-vivante-site-01.JPG

 

 

Bio Raisonné Ogm 001

 

 

 

Mon commentaire en avant propos

 

La lecture de cet article est éloquente . Le constat est fait sans embage des conséquences de la CHIMIE sur la santé. Ici d'ailleurs on ne parle pas des médicaments qui sont autant de facteurs aggravant l'effet cocktail qui est décrit ici. Pourtant l'industrie pharmaceutique n'est autre qu'un dérivé de la chimie qui pollue nos terres, notre eau et notre air ! Cette même chimie a servi à fabriquer des gaz et des bombes pour tuer la paysannerie comme il est expliqué dans les vidéo de l'article précédent.

 

Les MAGES NOIRS de la chimie d'aujourd'hui sont les mêmes que ceux qui détenaient  la chimie de guerre en 1914 et en 1935. Ces ignobles capitalistes eugénistes et élytistes continuent de détruire volontairement la nature. Car ils ont déjà prévu la solution : la BIOTECHNOLOGIE .

 

Il n'est pas possible que l'ampleur de la destruction ne soit pas l'oeuvre de groupes occultes qui ont un dessein bien précis !

  

 

 

L'inconscience et la cupidité

qui sont souvent évoquées pour expliquer la pollution chimique

devient de la complicité maintenant...

 

Ils savent ce qu'ils font

nos MAGES NOIRS de la chimie capitaliste

et ce ne sont pas des inconnus,

mais on ne les trouve pas dans la vitrine rigolote

de nos médias complices ...

  

c'est leur dessein qu'ils gardent obscur

pour qui veut bien !

 

     

La destruction de la nature est programmée

 voir ce lien dans ce blog

 

 

et

elle commence par la réduction drastique de la population

hier la guerre et aujourd'hui la pollution ...

 

et voilà par quels moyens on détruit la population :

 

 

"perturbation de notre système de régulation hormonal, baisse de la fertilité masculine,

affaiblissement de nos défenses immunitaires,

troubles du comportement,

voire dépressions.

Ces effets, qui commencent seulement à être étudiés,

ne se révèlent parfois qu'à la deuxième génération."

 

triste chimie noire !

 

 

_____________________________________________________________________________

 

 

Extrait du livre

 

 

 

Faibles doses et Effet cocktail – des découvertes inquiétantes

 

 

 

On a longtemps pensé que l'effet d'un produit sur la santé, et notamment sa toxicité, était proportionnel à la quantité ingérée, conformément au principe de Paracelce : « La dose fait le poison. » Or ce principe est remis en cause par plusieurs études, qui montrent que des doses très faibles, très inférieures aux doses considérées comme inoffensives dans les études toxicologiques classiques, pouvaient avoir des effets plus importants que des doses élevées de la même substance. Cette découvertes remet évidemment en cause toutes les études toxicologiques menées par le passé pour déterminer les « doses sans effets » des pesticides, qui servent de base à l'établissemnt des doses journalières admissibles.

 

Par exemple, une équipe de chercheur a fait boire à des souris en gestation de l'eau contenant des teneurs croissantes d'un herbicide du commerce composé de trois matières actives. La dose la plus faible correspondait à ce que l'on peut trouver dans nos cours d'eau. On a observer une réduction de la fertilité des souris qu'elle que soit la concentration du pesticide et, curieusement, c'est avec la concentration la plus faible que la baisse de la fertilité était la plus accentuée. Parallèlement, une recherche effectuée à l'INRA a montré que l'ingestion de très faibles doses (0,01 mg/jour, proche de la dose journalière admissible fixée par l'OMS) de Diquat, un désherbant provoque chez le rat une inflamation de la muqueuse intestinale.

 

L' "effet cocktail ", - c'est à dire l'effet d'une combinaison de plusieurs polluants, pesticides ou autres – est encore plus inqiuiétante, sachant que nous absorbons chaque jour plusieurs dizaines de polluants différents. En 2000, les analyses faites en France dans le cadre des plans de surveillance de la DGCCRF (Service de la répression des fraudes) ont relevé la présence dans nos aliments de résidus de 106 pesticides différents. Si nous consommons des produits de l'agriculture conventionnelle, nous absorbons sans doute chaque jour une bonne dizaine de pesticides ou autres. Il faut y ajouter au moins autant – et très probablement davantage – de polluants de l'air et de l'eau. Des analyses de l'air effectuées en France en 2001 par le l'Observatoire de l'air intérieur dans une centaine de maison et d'appartements ont permis de détecter en moyenne une dizaine de polluants par échantillon : benzène, formaldéhyde, toluène et autres. Une association américaine de défense de l'environnement a récemment analysé le sang et l'urine de 9 volontaires. Elle a retrouvé en moyenne chez chacun d'entre eux 91 substances chimiques sur les 200 recherchées !

Dans une autre étude, publié en 1999, des chercheurs on voulu vérifier la réalité de l' "effet cocktail " en faisant boire à des souris de l'eau contenant trois polluants d'origine agricole : un insecticide (l'aldicarbe), un désherbant (l'atrazine) et des nitrates ; les concentrations étaient, là aussi, voisines de celles que l'on peut trouver dans l'eau. Ils étudièrent l'impact de ce mélange chimique sur les sécrétions des hormones thyroïdienne, sur la capacité de l'organisme à produire des anticorps et sur le comportement des souris. Alors que, séparément, ces trois polluants n'avaient aucun effet, leur absorption simultanée provoquait des changements mesurables dans les trois domaines étudiés. En matière de comportement, les chercheurs constatèrent une plus grande agressivité des souris ayant consommé de l'eau polluée.

 

Autre exemple, l' "effet cocktail " du PCB (polychlorobiphényls) et des dioxines sur le fétus et le bébé nourri au sein a été étudié par une autre équipe de chercheurs. Ceux-ci ont montré que les enfants de sexe masculin nés des mères les plus contaminées avaient un comportement différents des autres : ils avaient une tendance inhabituelle à préférer des jeux féminins. Cette différence pourrait s'expliquer notamment par une perturbation de leur équilibre hormonal.

 

Et si l'on ne cherchait pas du bon côté ?

 

Comme Théo Colborn l'a montré dans son livre, L'Homme en voie de disparition ? (éd . Terre vivante), de recherches récentes nous confirment que depuis un demi-siècle, les études de toxicologiques ne cherchent peut-^tre pas toujours dans la bonne direction : généralement orientées vers la mises en évidence d'effets toxiques évidents (cancers, malformations, intoxications), elles passent à côté d'effets moins spectaculaires que l'on commence seulement à découvrir : perturbation de notre système de régulation hormonal, baisse de la fertilité masculine, affaiblissement de nos défenses immunitaires, troubles du comportement, voire dépressions. Ces effets, qui commencent seulement à être étudiés, ne se révèlent parfois qu'à la deuxième génération. Ainsi, de nombreuses substances que l'on croyait jusqu'ici inffensives, comme les phtalates, présents en grandes quantité dans de nombreuses matières plastiques très répandues, se sont avérées nocives. Combien de molécules chimiques, contenues aujourd'hui dans nos tissus graisseux en un cocktail aux effets inconnus, sont en réalité plus dangereuses qu'on le croyait ?

 

 

Pour conclure je m'arrête sur cette sentence

En matière de comportement,

les chercheurs constatèrent

une plus grande agressivité des souris

ayant consommé de l'eau polluée.

 

Et j'oserais bien dire qu'on comprendrait mieux le comportement agressif des enfants dans notre société !

Un hasard ?

 

 

 

 

Commentaires